Green

« Cassandre et Candide », par Bernard Bled

Éternelle confrontation entre optimisme et pessimisme : on assiste après le choc aux réactions des gouvernants et des économistes. Les spécialistes font assaut d’analyses pour expliquer le phénomène, ses causes et ses conséquences. On compte les morts et on spécule sur les chances de survie. On avance même une date de reprise : 2010 ou 2011…

Sous l’impulsion de la Présidence française, l’Europe réagit par un plan de relance adapté par chaque État membre de l’Union. On attend les résultats de ces mesures destinées à remettre en marche la machine économique aujourd’hui grippée par l’absence de crédit.
Et pendant ce temps-là, la planète continue à se détériorer, inexorablement, malade des excès de l’humanité, impuissante à réformer drastiquement et dans l’heure un mode de fonctionnement suicidaire. Crise économique et crise écologique sont deux manifestations d’une même maladie : la course folle du toujours plus.
Et maintenant que doit-on faire ? Attendre que le ciel nous tombe sur la tête ou résister à la fatalité ? Sans doute n’être ni Cassandre ni Candide mais rechercher tous les moyens, avec tous les acteurs publics et privés, pour survivre d’abord et construire ensuite un monde plus équilibré, plus juste, plus équitable, plus sécurisé dans le respect de l’homme et de la nature.
Vaste programme, disait le Général de Gaulle. C’est la mission que le gouvernement m’a confiée. J’y travaille.

Mots-clés : Bernard Bled