Bourse / Finance

Chaud devant !

La rentrée s’annonçait tendue, la crise semblait de nouveau frapper à la porte des marchés immobiliers européens… Contre toute attente, c’est finalement l’inverse qui se profile en Europe et dans l’Hexagone. D’après le dernier indice DTZ Fair Value, le marché immobilier européen affiche aujourd’hui une meilleure rentabilité qu’au 1er trimestre 2011 ! Révélateur de l’attractivité des marchés, l’indice est passé d’un score de 32 au 1er trimestre 2011 à 41 au 2e trimestre 2011, soit 9 points de gagné. Une embellie qui profite à tous les actifs. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, considérés comme « Froids » il y a encore quelques mois, passent aujourd’hui à « Chauds », avec des actifs immobiliers plus attractifs, offreurs de rendements locatifs plus élevés, et un rendement en capital stable. Un paradoxe au vu des dernières perspectives économiques ? Selon DTZ, la progression de l’indice serait à mettre directement en lien avec le réajustement des taux obligataires, significatif en France et en Allemagne, et qui rendrait de fait, l’immobilier plus attractif.

Dans un climat boursier très perturbé, et une crise de la dette européenne qui plane comme une épée de Damoclès, la nouvelle a de quoi remonter le moral. Et de quoi conforter la pierre dans son statut de valeur-refuge. Même en ces temps de tempête boursière, la valeur des actifs n’est pas remise en cause, le rendement en capital fait preuve d’une indéniable solidité et les marchés « core » se montrent beaucoup plus rentables que les obligations. « Si la demande des entreprises devrait souffrir des troubles économiques, le manque d’offres de qualité devrait à l’inverse maintenir la pression sur les loyers, avec même une hausse anticipée sur quelques marchés », avance Magali Marton, directrice des études CEMEA de DTZ. Même dans ce cas de figure, les rendements immobiliers restent attractifs. La rentrée apparaît sous de biens meilleurs auspices…