Commerce

La raréfaction d'opportunités prime et l'absence de très grandes transactions expliquent la baisse de 34% des montants engagés en commerces en France à la fin du 3e trimestre 2011, par rapport à la même période l'an passé.

C'est ce qu'a déclaré Olivier Gérard, président de Cushman & Wakefield France, dans le dernier bilan du conseil à la fin du 3e trimestre 2011, intitulé "La détérioration du climat économique sapera-t-elle la reprise du marché français de l'immobilier d'entreprise ?".
"Ainsi 1,6 Md€ ont été investis sur ce segment soit 16 % seulement de l'ensemble des volumes investis en immobilier d'entreprise contre 35 % à la fin du 3e trimestre 2010. Plus offreur, mais fragilisé par de mauvaises perspectives de consommation et des difficultés de commercialisation auprès des enseignes, le marché secondaire reste quant à lui boudé par les investisseurs. Avec plus d’1 Md€ investis depuis le début de 2011, les commerces représentent la moitié de l'ensemble des sommes engagées en province. Quelques grandes transactions de centres commerciaux ont animé le marché : huit des neuf opérations supérieures à 30 M€ réalisées depuis le début de 2011 l’ont été en province, tel le centre Bonneveine, acquis par Grosvenor à Marseille. Toutes ces transactions sont inférieures à 100 M€, la vente la plus importante d’un actif unitaire étant celle du centre Saint-Jacques à Metz, acquis par Corio pour 96,4 M€."