Bureau

Nous pensons que, quel que soit le scénario, la recherche de valeurs refuges pourrait profiter aux actifs core avec des baux longs, dans les pays les plus sûrs de la zone euro. Certains de ces actifs immobiliers pourraient même voir leur rendement baisser

C'est ce qu'a déclaré Mahdi Mokrane, directeur de la recherche et de la stratégie de AEW Europe, lors d'un séminaire tenu par le groupe à Expo Real. "Cependant, l’évaluation du risque relatif des marchés immobiliers de la zone euro est erronée lorsque, par exemple, Milan ou Rome sont maintenant offertes à des rendements faibles de 5,0% ou 5,5%, ou encore les actifs commerce core espagnols à 5.0%, en pleine crise de la dette souveraine. Nous croyons que les investisseurs devraient demander des primes de risque plus élevées, en fonction des circonstances de chaque marché, et que les rendements des actifs non "super-sûrs" de la zone euro devraient augmenter d’ici à la fin de l’année, sauf à ce qu’une solution convaincante à la crise ne soit trouvée pour satisfaire les marchés financiers."