Logement

"Passé le moment de l'agacement, je ne considère pas que la fin du Scellier soit la fin de l'investissement locatif. Je considère à l'inverse...

... que c'est une chance pour les professionnels les plus sérieux et les plus exigeants, comme pour leurs clients."

C'est ce qu'affirme Marc Gedoux, président de la société de promotion et de construction immobilière Pierre Etoile. Selon lui, il faut voir au-delà du dispositif fiscal, qui, bien qu'ayant un effet incitatif, "n'a jamais constitué le seul argument d'achat ni la seule composante de la rentabilité".

"On ne peut même pas nier qu'il faille réinventer le modèle, en restant vigilant à toutes les composantes au profit du client investisseur", remarque Marc Gedoux. A l'avenir, "il sera plus que jamais nécessaire de l'assortir de solutions de gestion fiables, parce qu'aucun cadeau fiscal ne viendra amortir le choc d'une vacance anormale ou d'un impayé non recouvré". Par ailleurs, "il va être opportun de concevoir des logements qui pourront plus aisément devenir des résidences principales après avoir été des investissements locatifs", explique-t-il.