Logement

« Les catégories les plus modestes (employés/ouvriers) voient leur proportion, parmi les acquéreurs de logements, baisser de 4,7% sur un an. »

C'est ce qu'a déclaré Laurent Vimont, président du réseau Century 21, à l'occasion de la présentation du bilan 2011 du marché de l'immobilier national. "Ce phénomène s'accentue encore au second semestre, ajoute-t-il. Ainsi, s'ils représentaient 41,4% des acquéreurs en 2010, les employés/ouvriers ne représentent plus que 38,9% des acheteurs au second semestre 2011 (contre 40,3% au premier semestre 2011). Le retrait des catégories les plus modestes est encore plus visible à Paris (-10,8%) ainsi qu'en Ile-de-France (-6%) sur un an."

France entière, ce sont les cadres moyens qui paient le plus lourd tribu : leur part parmi les acquéreurs chute de 6,7% sur l'année (-17,6% à Paris). Confirmant le fait que le marché est essentiellement porté par les secundo-accédants, la part des moins de 40 ans s'étiole (-15,8% France entière) quand les retraités, eux, voient leur représentativité augmenter de près de 20% sur un an.

Ceux qui, parmi les ménages, peuvent encore acheter, à la limite de leur solvabilité, sont contraints de faire des concessions en termes de surface : la superficie moyenne d'une acquisition baisse ainsi de 4 m² entre le premier et le second semestre 2011. Désormais, ce sont majoritairement les propriétaires, profitant de la plus-value réalisée lors de la vente de leur précédent bien, et ceux appartenant aux classes les plus aisées qui peuvent acheter et qui ont contribué à entretenir la hausse des prix.

Mots-clés : Laurent Vimont, Century 21