Hôtels/Loisirs

2011 s’achève sur un mois de décembre mitigé pour l'hôtellerie française

Le mois de décembre 2011 a été marqué par un ralentissement de la croissance dans l’hôtellerie économique et 2 étoiles. Sur le marché 3 étoiles, la tendance est restée très contrastée sur le territoire : Paris et certaines villes de Province ont bien résisté tandis que d’autres on connu un net fléchissement de la fréquentation. Le RevPAR moyen a toutefois légèrement progressé dans cette catégorie. Enfin, sur le marché 4 étoiles la tendance haussière s’est poursuivie.

En partenariat avec

2011 ne restera pas comme une année record mais l’hôtellerie française affiche tout de même des résultats en progression. Le chiffre d’affaires hébergement est en croissance pour toutes
les catégories et le phénomène est relativement homogène sur le territoire. Paris, la Côte d’Azur,
mais aussi les régions françaises ont connu un mouvement similaire d’augmentation du prix moyen et de la fréquentation. Le retour de la clientèle, fût-il parfois modeste, est une bonne nouvelle dans ce contexte difficile.

En corrélation avec la morosité économique ambiante, la croissance des performances de l’hôtellerie économique et 2 étoiles a marqué le pas en décembre 2011. Quelques agglomérations ont échappé à cette tendance générale : Paris, Avignon, Le Havre, Montpellier et Strasbourg ont ainsi vu leur RevPAR progresser de plus de 5%. Sur le marché 3 étoiles, le recul de la fréquentation a été plus généralisée, se cumulant parfois avec une régression de la RMC (jusqu’à -5,5% à Rennes). En catégorie 4 étoiles, les indicateurs sont restés au vert pour la majorité des destinations. Notons toutefois le recul spectaculaire du RevPAR des hôtels haut de gamme de Roissy (-33%), ces derniers ayant par contraste bénéficié d’une activité exceptionnelle en décembre 2010.

En 2011, le marché 3 étoiles a été soutenu par une légère reprise économique et par un calendrier événementiel bien rempli. Le retour de la demande individuelle d’affaires, associé à un marché MICE actif, ont généré une hausse du chiffre d’affaires hébergement sur la majorité des destinations. Les progressions de RevPAR résultent d’une augmentation conjointe des taux d’occupation et des prix moyens.

L’hôtellerie 4 étoiles a traversé depuis 2007 une période de turbulences. Néanmoins, ce marché a enregistré en 2011 une deuxième année de progression de son RevPAR. Paris, la Côté d’Azur et de plusieurs agglomérations (Avignon, Bordeaux, Toulouse) enregistrent même des croissances supérieures à 10%. Les grandes agglomérations confirment ainsi leur attractivité sur un plan international. Signe révélateur, le trafic aérien international est n progression dans de nombreux aéroports : Bordeaux (+15%), Nantes (+20%), Nice
(+10%), Paris (+5%), etc. Les établissements économiques et 2 étoiles ont quant à eux enregistré des croissances moins fortes en 2011, mais ils avaient été moins pénalisés par la crise.

Source : In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration

Mots-clés : Hôtellerie