Hôtels/Loisirs

2011, "un cru honnête" pour l'hôtellerie française, des perspectives de croissance en 2012, selon In Extenso-Deloitte

En partenariat avec

2011 ne sera peut-être pas la nouvelle année de référence pour le secteur hôtelier, mais se révèle être néanmoins « un cru honnête » dans le contexte économique actuel, selon le bilan dressé par le cabinet In Extenso-Deloitte, à l'occasion de son rendez-vous annuel sur les tendances de l'hôtellerie et du tourisme, auquel Business Immo est partenaire.

En 2011, l’hôtellerie française dans son ensemble affiche des résultats en progression. « Le chiffre d’affaires Hébergement est en croissance pour toutes les catégories et le phénomène est relativement homogène sur le territoire. Paris, la Côte d’Azur, mais aussi les régions françaises ont connu un mouvement similaire d’augmentation du prix moyen et de la fréquentatio », indique Philippe Gauguier, associé In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration.

Le haut-de-gamme continue de briller

Cette année encore, ce sont les catégories haut-de-gamme et grand luxe qui surperforment le marché. Selon les territoires, les hôtels de ces segments affichent des progressions « pouvant atteindre ou dépasser les 10% de hausse de chiffre d’affaires Hébergement ». Beaucoup plus que les catégories milieu-de-gamme, économique et super-économiques, qui enregistrent des croissances plus modestes, de +3% à +6%. Pour autant, même si 2011 a été une année correcte pour le secteur hôtelier français, « elle reste insuffisante pour rattraper le retard pris avec la crise de 2009 », précise Olivier Petit, associé In Extenso Tourisme, Hôtellerie et Restauration.

Entre +2 % et +4 % de croissance du CA en 2012

Pour 2012, le cabinet de conseil a présenté des perspectives plutôt optimistes, avec une augmentation moyenne du RevPAR en France comprise entre +2 % et 4 %. Pour la catégorie « grand luxe », le cabinet anticipe sur une poursuite atténuée de la croissance, avec une augmentation du RevPAR comprise entre +4 % et +6 %. Pour le segment haut-de-gamme, la dynamique devrait être quelque peu ralentie et le RevPAR croître de +3 % à +5 %. Pour le milieu-de-gamme, l’année 2012 est celle des « défis », selon le cabinet, avec "un risque de tassement du taux d’occupation, mais un prix moyen qui peut encore augmenter". Les perspectives de croissance, pour ce segment, sont comprises entre +2,5% et +4%. Pour la catégorie économique, le cabinet anticipe « des parts de marché à reconquérir » et table sur une croissance comprise entre +1,5% et +3%. Quant au super économique, le cabinet annonce une croissance du RevPAR oscillant de +1 % à +2 %.