Logement

La FFB en maître d’ouvrage de la politique du logement

Le logement est au centre de la campagne présidentielle, l’immobilier au sommet des préoccupations de la FFB. La Fédération Française du Bâtiment convoque, le 7 mars prochain, les deux principaux candidats à l’élection présidentielle par le biais des poids-lourds de leurs partis. A ma gauche, Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale. A ma droite, Jean-François Copé, député-maire de Meaux et secrétaire national de l’UMP. Leur programme en matière de logement sera bien évidemment au centre du ring. Et la puissante fédération du bâtiment entend bien être plus qu’un simple arbitre.

En attendant, elle diffuse volontiers son « manifeste pour un quinquennat constructif ». Celui-ci commence par une priorité : la stabilisation et la simplification du cadre institutionnel. « Les professionnels du bâtiment demandent qu’il soit mis fin au démantèlement des principales mesures qui visent à répondre aux besoins de logement des Français », écrit la fédération. A commencer par celle de la TVA à taux réduit. La stabilisation, c’est également la préservation de l’investissement dans la pierre. Pour faire court, il faut sauver le soldat Scellier, et son petit frère, le PTZ ! « Une option différente prise dans les années 70 pour faire face au premier choc pétrolier a conduit, 20 ans plus tard, à une pénurie de logements », prévient la fédération. Enfin, pour développer cette offre de logement, les professionnels du bâtiment semblent faire fi de la proposition de bonus de constructibilité de 30 % lancée par Nicolas Sarkozy et plaident pour une réorientation des financements sur le logement HLM. Conserver le conduit du livret A pour financer le logement social et réaffecter le 1 % logement… au logement. Elle appelle également les organismes HLM à se débarrasser de leur dogme et s’ouvrir à la vente d’un pourcentage de leur parc sous réserve de réinvestir les fonds dans le développement de leur offre. Des propositions que l’on retrouve en filigrane dans le livre blanc de l’innovation dans l’immobilier publié par Finance Innovation.

A l’occasion du sommet de l’immobilier et de la construction, la FFB compte bien peaufiner son programme sur les thèmes de l’investissement privé dans le non-résidentiel, de l’investissement public local, de l’investissement logement ou encore du préalable foncier. Parmi les experts appelés à phosphorer autour des propositions de la fédération, on retrouvera quelques fervents ambassadeurs de l’industrie immobilière, comme Guy Marty (IEIF), Guillaume Poitrinal (Unibail-Rodamco 205.50€ | +0.88% ), Bernard Vorms (Anil), Marc Pigeon (FPI), Vincent Renard… Le 7 mars, alors que le Mipim se tiendra au Palais des festivals de Cannes, la FFB entend apporter bien plus que sa brique à l’improbable construction de la politique du logement. Elle peut s’appuyer sur de puissants leviers : 1,5 million d’emplois indélocalisables, 350 000 entreprises, 6 % du PIB national. Et s’imaginer en maître d’ouvrage de la politique du logement.

> Retrouvez le sommet de l'immobilier et de la construction dans l'agenda Business Immo