Logistique

2012 : des signaux encourageants pour l’immobilier logistique

L’année 2012 a démarré sur fond d’incertitude : crise des dettes souveraines, une balance commerciale dont le déficit se creuse, des conditions de financement difficiles, un prix du baril de pétrole reparti à la hausse en 2011, une consommation des ménages en berne…
A cela s’ajoute un contexte pré-électoral et des mesures de rigueur dont on ne maîtrise pas les conséquences immédiates.

Si certains indicateurs économiques ne sont effectivement guères encourageants et vont impacter la consommation et l’investissement à court terme, il ne faut pas oublier les signaux positifs qui tempèrent ce panorama dégradé : une meilleure résistance de la production industrielle que prévu, des carnets de commande bien garnis dans plusieurs secteurs, un prix du pétrole stabilisé ou encore un taux de change de l’euro favorable aux exportations.
Au final, 2012 devrait connaître selon le BIPE une croissance du PIB de +0,7 %.

Concernant la logistique, la morosité lié à la dégradation économique doit être modérée : l’Indice d’Activité Logistique, récemment créé par Afilog et le BIPE pour apporter de la visibilité aux acteurs de la supply-chain et de l’immobilier logistique montre que l’activité logistique a pratiquement rattrapé son niveau d’avant-crise (+3 % en 2011), et l’immobilier logistique a connu un rebond de 20 % en 2011 sur les surfaces mises en chantier, mises en vente ou échangées.
Offrant une perspective à un an, cet indice d’activité logistique, qui mesure les volumes de produits manufacturés acheminés par tous les modes de transport, y compris ceux effectués sous pavillon étranger montre pour 2012 une poursuite de la reprise. L’indice rejoindrait la valeur du premier trimestre 2007, fin 2012 : cinq années auront été nécessaires pour effacer l’impact de la crise sur les volumes.
Si la conjoncture devait être moins forte que prévue, l’Indice montre un scénario de résistance : preuve que les activités logistiques sont robustes.
Cette croissance anticipée des volumes transportés trouvera écho dans les mises en chantier et les échanges sur le marché des plates-formes logistiques.

De quoi renforcer les arguments d’Afilog qui émet ses propositions aux candidats à la Présidentielle, afin que la logistique, créatrice de valeur et gisement d’emplois soit une prérogative forte du gouvernement.

Business Immo