Logement

3e - C'est la place prise par Paris en 2011, dans le classement mondial de l'immobilier résidentiel. La capitale française devance désormais Tokyo, selon Savills.

"Une combinaison de mesures défavorables en Asie et la crainte d’une double récession conduisent à un ralentissement sur de nombreux marchés résidentiels des pays émergents", constate ainsi Savills dans son étude. Ce contexte a favorisé lors du 2e semestre 2011 un renversement de tendances au profit des marchés développés, alors que les pays émergents affichaient une surperformance depuis cinq ans.

Dans le classement des 10 villes les plus chères du monde, l’augmentation du dernier semestre 2011 n’est que de 1% alors qu’il s’élevait à 5,5% au premier semestre 2011, ce qui correspond à une hausse sur l’année de 6,5%. Dans son étude comparative Savills intègre les valeurs d’unités comparables dénommées « small international business unit » ce qui permet une comparaison plus juste quels que soient les marchés et les localisations.Selon Yolande Barnes, directeur du département Recherche de Savills : « La modeste augmentation des prix dans un contexte aussi incertain n’est pas une surprise, la grande stabilité des marchés de Londres New-York, Paris Sydney et Tokyo comparée aux marchés de Hong Kong, Shangaï, Singapour, Moscou et Mumbaï est une nouvelle tendance dont nous prévoyons qu’elle se poursuivra en 2012.

Mots-clés : Yolande Barnes, Savills