Bureau

73 M€ - C'est le volume enregistré sur le marché de l'investissement lillois en 2011, selon Arthur Loyd. Un chiffre en recul...

...  par rapport à 2010. "Ce chiffre ne traduit cependant pas une défiance des investisseurs vis-à-vis du marché métropolitain car la demande reste très forte, tant chez les institutionnels que les privés", précise Arthur Loyd. "Il s'agit d'une mauvaise adéquation entre les immeubles proposés à la vente et les critères des investisseurs. Les institutionnels recherchent des actifs neufs ou récents, présentant un taux de remplissage au moins égal à 70% ; ces offres sont rares."

Mots-clés : Arthur Loyd