Logement

500 000 - C'est le nombre d'acheteurs perdus sur le marché immobilier sur un an (avril 2012), selon l’indice du moral immobilier Logic-Immo/TNS Sofres.

En un an, le marché immobilier a perdu 500 000 acheteurs.

En avril 2012, les candidats à l’accession ne montrent toujours pas de signes d’optimisme. En avril 2012, l’indice du moral immobilier était à – 11,6 points. En légère hausse par rapport à janvier 2012, il reste, néanmoins, nettement plus négatif qu’en avril 2011 (-­ 0,9 point). Les futurs acquéreurs restent dans l’expectative face à un contexte économique déprimé, des conditions de financement jugées moins favorables et une baisse des prix encore timide et très hétérogène. Les primo-­‐accédants, ceux qui achètent pour la première fois, souffrent particulièrement du durcissement des conditions d’octroi de crédit et, beaucoup d’entre eux ne semblent pas avoir ressenti l’effet positif de la baisse des taux d’intérêt observée au cours des derniers mois. La tendance baissière des prix semble les conforter dans leur décision d’attendre une dépréciation plus importante des biens. Conformément à leurs attentes, les prix ont commencé à diminuer au premier trimestre 2012. Toutefois, cette tendance semble avant tout réconforter les acheteurs dans leur décision d’attendre une baisse plus significative dans les mois à venir. Une intervention étatique très attendue. Interrogés pendant l’entre-­‐deux-­‐tours des élections, les futurs acquéreurs étaient encore plus nombreux qu’en janvier 2012 à espérer de meilleures conditions d’acquisition à l’issue des élections. En effet, près d’un quart d’entre eux était tenté d’attendre l’issue des élections présidentielles. Cette mise en standby de leurs projets est susceptible de se prolonger avec l’échéance des législatives en juin. Les candidats à l’accession freinent leur projet dans l’attente du scénario idéal : une baisse des prix accompagnée de véritables mesures de soutien à l’accession à la propriété.

Mots-clés : TNS Sofres, Logic-Immo