Commerce
Article Premium réservé à nos abonnés

Des investisseurs en mal de produits

Dans une Europe aux prises avec la crise des dettes souveraines, les volumes d’investissement ont affiché, au 1er trimestre 2012, un très net repli, totalisant 21,4 Mds€, selon BNP Paribas Real Estate, soit un recul de 19 % par rapport au 1er trimestre 2011. L’immobilier de commerce n’échappe pas à cette morosité ambiante. Au total, 4,3 Mds€ ont été transactés lors des trois premiers mois de 2012. Un niveau historiquement bas, qui n’avait pas encore été atteint depuis le 2e trimestre 2009. 
Mais malgré la crise économique qui plombe les morals et les marchés européens, malgré les perspectives moroses d’une année sans croissance, où les courbes à la hausse du taux de chômage et du taux d’épargne des ménages croisent les courbes à la baisse de la consommation des ménages et de la fréquentation des centres commerciaux, l’intérêt des investisseurs pour le commerce ne se dément pas. Cette classe d’actif reste, à leurs yeux, une valeur sûre aux nombreuses qualités défensives.