Hôtels/Loisirs

Les ponts du mois de mai pénalisent le taux d’occupation de l’hôtellerie française

En partenariat avec

Selon la dernière analyse des tendances de marché de Deloitte-In Extenso, les ponts du moi de mai ont pénalisé la fréquentation des hôtels, “en recul quasiment partout et pour toutes les categories”. Le taux d’occupation de l’hôtellerie française baisse d’environ 2% pour l’hôtellerie haut de gamme à plus de 6% pour les établissements économiques. Ces derniers, particulièrement positionnés sur la demande business, enregistrent les plus fortes diminutions de fréquentation pour tous les territoires.

La capitale française n'échappe à la tendance et n'a pu "empêcher un recul généralisé de la fréquentation. Les hôtels de Grand Luxe ont bien su stabiliser leur occupation mais c’est un phénomène marginal au regard des baisses d’occupation observées dans les autres catégories et familles de l’hôtellerie parisienne".

En Province, le phénomène est encore "plus frappant", selon le cabinet, avec des chutes d’occupation pouvant dépasser "les 10 % dans l’hôtellerie haut de gamme. Pour les autres catégories, la baisse de fréquentation s’échelonne de 5 % pour les hôtels Super-économique à près de 7 % pour les établissements Economique.

Dans la plupart des cas, cette baisse de l’occupation s’est accompagnée d’une progression des prix moyens. Elle a permis de limiter l’impact sur le chiffre d’affaires, voire de permettre une progression du RevPAR. Il n’en reste pas moins que, depuis le début de l’année, la fréquentation est orientée à la baisse et si cela devait déboucher sur une baisse des prix, l’effet serait dévastateur", conclut le conseil.