Logement

IDF : baisse des transactions, stabilité des prix

Le nombre de transactions de logements a marqué un coup de frein au cours du 2e trimestre à Paris et en Ile-de-France. Selon le dernier indice notaires-Insee, les volumes de ventes ont baissé de -22 % à Paris, -18 % en petite couronne, -23 % en grande couronne. Une baisse d’activité qui se justifie par une conjoncture économique maussade et la quasi-disparition des incitations fiscales. « Si les taux d’intérêt sont devenus récemment plus attractifs, les exigences renforcées des banques ont constitué un frein à l’acquisition », commentent les notaires de Paris Ile-de-France

Les prix de ventes n’ont toutefois pas été affectés et ont augmenté de +1 % au 2e trimestre (+2,5 % en variation annuelle) à Paris atteignant 8 340 €/m2. Sur toute l’Ile-de-France, il est établi à 5 520 €/m2. « D’après nos indicateurs avancés sur les avant-contrats dans Paris, ce mouvement va se maintenir en septembre où le prix de vente devrait atteindre un nouveau record à 8 570 €/m2 », avancent les notaires qui table sur un léger reflux qui ramènera le mètre carré à 8 530 € à fin octobre. Les prix semblent donc stabilisés et les notaires n’entrevoient pas de facteurs d’amélioration qui pourraient motiver les acheteurs. Les quartiers les plus chers restent les Champs Elysées (8e) avec 15 530 €/m2 (prix médian), talonné de près par Saint Germain des Prés (6e), avec 15 110 €/m2. Le moins cher est la Villette (19e), qui affiche 6 350 €/m2.

Mots-clés : Notaires de Paris