Green
Point de vue d'Alfonso Ponce, Deloitte

Le bâtiment vert par les chiffres

En l’absence de définition harmonisée et internationalement reconnue, le bâtiment durable est souvent caractérisé par l’obtention d’une certification environnementale délivrée par un organisme de droit privé.

On dénombre au plan international pléthore de méthodes d’évaluation et d’organismes de certification.

Le niveau d’impartialité, de transparence et d’indépendance de ces derniers, de leurs filiales ou maisons mères, ainsi que des associations qui promeuvent leurs méthodes, est très hétérogène.

À ce jour, aucune autorité indépendante ne collecte ni ne traite les informations publiées par ces organismes au plan international. Les données que comporte cet ouvrage ont toutes été vérifiées. Les données vérifiées protègent les acteurs et apportent la garantie que les connaissances qu’ils utilisent sont exactes et non-biaisées.

Avec ce travail nous avons souhaité mettre en perspective l’évolution de la réglementation européenne avec ce que nous observons sur le marché européen en termes d’emprise sur le marché des différentes méthodes d’évaluation de la qualité environnementale.

Le manque de lisibilité perceptible au niveau du marché de l’évaluation de la qualité environnemental est le pendant du manque de lisibilité réglementaire aux plans national et international.

L’absence d’approches communes et de coordination intra-européenne crée un espace favorable aux méthodes extra-communautaires, au premier rang desquelles LEED, aujourd’hui le référentiel de certification de la qualité environnementale du cadre bâti le plus largement utilisé en Europe.

Mots-clés : Bâtiment durable, LEED