Bureau

17 055 € - C'est le coût global d'un poste de travail, en hausse par rapport à l'an passé...

Cette hausse du coût du poste de travail est notamment dû au poids croissant de l’électricité, de la flotte auto et des taxes locatives dans le budget des entreprises, selon les derniers Buzzy Ratios de l'Arseg 2012, qui viennent d’être publiés. Ils regroupent les données de près de 139 000 postes de travail installés et 2,8 millions de m2 de bureaux.

Avec 17 055 euros par poste installé, le coût global du poste de travail en baisse l’an passé, repart légèrement à la hausse. Premier poste de dépenses avec 43 % du coût du poste de travail, les charges liées à l'immobilier ne sont pas étrangères à cette hausse. Outre la hausse importante des loyers due à une croissance de 6,84 % de l’indice ICC, la fiscalité immobilière a elle aussi fortement augmenté. A titre d’exemple, la taxe sur les bureaux en Ile-­de-­France qui concerne les 2/3 des immeubles étudiés a connu une hausse de près de 40 % par rapport à l’année précédente. Côté poste de travail, les surfaces allouées aux collaborateurs restent à peu près stables, à 20,6 m2 par poste installé et un ratio d’occupation sensiblement le même que l'an passé à 89 %.

Le paradoxe de l'électricité

Alors que les entreprises ont manifestement fait des efforts dans la réduction de leur consommation d'électricité en 2011 avec une baisse de 0,5 %, elles sont rattrapées par les tarifs qui grimpent de 4,5 %. A en croire une étude publiée par l’Arseg et le cabinet Sintéo, le pilotage d'un poste de dépenses s'avère de plus en plus complexe à anticiper pour les utilisateurs. Et les mois qui viennent s'annoncent tout aussi compliqués après la décision du Conseil d'Etat de déclarer illégaux les tarifs réglementés d'EDF ouvrant ainsi la voie à un casse-­tête gouvernemental pour déterminer une nouvelle grille tarifaire.