Bureau

Le Simi de toutes les attentes

Si le Mondial de l’immobilier se joue au printemps à Cannes, Paris est le terrain de jeu à l’orée de l’hiver, à partir de mercredi matin et jusqu’à vendredi, du Grand National : le Simi. Qu’attendre de cette 11e édition sur fond de déprime économique et d’incertitudes sur le marché immobilier ?

Première conviction : se battre contre les idées reçues qui frappent, tous les jours, notre industrie. Le magazine Business Immo, qui paraît au Simi, propose un dossier sur « 10 idées reçues », entend participer à cette entreprise. Non, l’immobilier, ce n’est pas que la rente ou le symbole de la spéculation. Loin des images d’Epinal et des caricatures à la Daumier, l’immobilier – faut-il encore le rappeler ? –, c’est 2 millions d’emplois, 15 % de la production nationale et plus de la moitié du patrimoine de la France. Une filière économique de poids, n’en déplaise à certains caricaturistes. L’immobilier d’entreprise, c’est aussi un formidable outil de compétitivité des entreprises. Avec un défi à relever : passer d’une logique de centre de coûts à celui de levier de performance.

Deuxième conviction : l’immobilier d’entreprise, c’est LE baromètre de l’attractivité des territoires. Et cette année, ils seront encore nombreux à se mesurer dans les allées du Palais des Congrès de la Porte Maillot. Derrière des discours prônant l’égalité des territoires et la solidarité entre collectivités locales, c’est bel et bien une intense bataille que se livrent les protagonistes pour capter la moindre bribe d’activité économique... Quitte à aller la chercher chez le voisin.

Troisième conviction : l’immobilier s’impose aussi comme une vitrine de l’innovation financière. Qu’on se le dise : la France dispose d’une longueur d’avance dans l’épargne immobilière. Le statut SIIC est une référence dans l’univers de l’immobilier coté, l’OPCI est la digne traduction des OPCVM dont la France reste une place forte. Il a fait ses preuves dans le B to B et s’attaque désormais au grand public avec de solides ambitions. Des atouts encore trop peu audibles chez les responsables publics. Dommage, voire dommageable…

L’immobilier, enfin, c’est un laboratoire grandeur nature du développement durable. Le bâtiment est l’un des rares secteurs économique à avoir devancé la réglementation plutôt que de la subir. Le Simi sera l’occasion de zoomer sur une foison d’initiatives techniques, contractuelles, financières… Preuve, s’il en fallait, que la pierre est une matière vivante.

Plus prosaïquement, un salon professionnel comme le Simi qui accueille plus de 400 exposants et rassemble 20 000 visiteurs, reste un bon baromètre de nos marchés immobiliers. Les uns chercheront à se rassurer, d’autres à se faire peur, dans un univers de plus en plus complexe à analyser et à anticiper.

Mots-clés : OPCI, OPCVM, SIIC, Simi