Bureau
Maurice Gauchot, CBRE France

« CBRE France se dote d’une nouvelle organisation interne »

Deux mois après le départ conjoint d’Antoine Derville et de Marc-Henri Bladier du directoire de CBRE France, son président Maurice Gauchot nous explique la nouvelle organisation qu’il met en place pour le conseil immobilier.

Business Immo: La fin de l’année 2012 a été marquée par le départ conjoint de deux membres du directoire de CBRE France - Antoine Derville et Marc-Henri Bladier. Comment avez-vous vécu cette annonce ? Et comment a-t-elle été perçue par vos clients ?
Maurice Gauchot: C’est un départ comme on en voit régulièrement au sein des sociétés de conseil en immobilier. Nous sommes dans un métier où s’ouvrent périodiquement des opportunités d’évolutions de carrières. Mon expérience au sein d’autres structures de conseil me prouve que dans nos métiers, on se remet toujours des départs. CBRE reste la première marque mondiale dans les services immobiliers, avec 36 000 collaborateurs dans le monde et 750 en France. Pour les clients, comme en interne, je crois que la page est tournée. Nous avons pris le temps de la réflexion et fait des choix en termes d’organisation et de management.
BI: Quelle est cette nouvelle organisation de CBRE France ?
MG: Plus qu’un nouveau casting, c’est une nouvelle organisation interne que nous mettons en œuvre dès à présent avec une gouvernance simplifiée autour d’un comité de direction en supprimant l’échelon du directoire que nous avions jusque-là. Ce comité de direction réunira autour de Virginie Aubert, directrice générale de la holding et de moi les dirigeants des principaux métiers et directions fonctionnelles. Il s’agira de Roman Coste, Aurélie Morin, Giles Bateman, Denis François, Stanislas Leborgne, Laurent Lehmann, Didier Malherbe, et Nicolas Verdillon.
BI: Quelles motivations vous ont fait opter pour cette réorganisation ?
MG: Cette nouvelle organisation doit nous permettre d’avoir un management plus participatif et plus impliqué dans la stratégie que nous souhaitons mettre en œuvre cette année. C’est une organisation plus plate pour améliorer nos offres de services articulant l’ensemble de nos activités et de nos business-units en France.
BI: Comment abordez-vous l’année 2013 ?
MG: Nous nous attendons à une année 2013 difficile, avec peu d’espoir de croissance économique et une crainte quant à la montée du chômage. Mais, c’est aussi une année qui devrait présenter de nouvelles opportunités qu’il faudra être en mesure de saisir. Ce sera le thème central de notre 38e Forum le 31 janvier prochain autour de l’idée que certains des grands paramètres des marchés immobiliers vont évoluer au cours de l’année qui s’ouvre. A nous de les anticiper et de détecter, pour le compte de nos clients, les opportunités qui vont se faire jour.