Bureau

« La présence des fonds souverains étrangers dans l’investissement immobilier français devrait encore s’accroître. »

Laure Silvestre-Siaz.

C’est ce qu’ont assuré Brice Chasles, associé Real Estate Advisory chez Deloitte et Laure Silvestre-Siaz, associée chez Deloitte en charge du secteur immobilier.

« L’appétit des fonds souverains pour les actifs de commerce et bureaux prime est confirmé », indiquent les deux associés, soulignant notamment l’appétit des investisseurs en provenance du Golfe, de Chine, de Malaisie et d’Indonésie.

« L’immobilier haut-de-gamme continuera à résister grâce aux acheteurs étrangers, nonobstant la nouvelle donne fiscale, attirés par un prestige intact et des prix encore abordables comparés aux autres grandes métropoles mondiales. L’exil fiscal laissera place à des biens de luxe libres (hôtels particuliers ou résidences secondaires). » Les deux associés anticipent également une augmentation des transactions en province sur l’immobilier haut-de-gamme et les biens immobiliers spécifiques.