Green

Le plan : "une première étape concrète qui doit être efficace, qui doit déclencher la décision...

... de faire des travaux pour les familles et elle sera complétée ultérieurement par des dispositions réglementaires et de nouveaux systèmes de financement". C'est ce qu'a déclaré Delphine Batho, ministre de l'Ecologie et de l'Energie, suite à la présentation du plan d'urgence et de rénovation énergétique des logements. "Ce plan va rendre la rénovation énergétique des logements accessible à tous et aider les ménages à réduire leurs factures d'électricité et de gaz, a déclaré à l'AFP, Delphine Batho.

"Aujourd'hui, le constat est assez simple, c'est une minorité qui a accès à ces travaux de rénovation énergétique au travers des aides existantes, parce qu'il y a un reste-à-charge qui est trop important. Ce que nous voulons, nous, c'est réduire voire supprimer ce reste-à-charge pour les familles les plus modestes et rendre ces travaux accessibles à tous", a expliqué la ministre.

"Il y a une explosion de la précarité énergétique dans notre pays et ces travaux, c'est le moyen le plus efficace de faire diminuer la facture des Français et de réduire de 25 à 30 % la facture de gaz et d'électricité de tout à chacun", a-t-elle fait valoir, quelques instants avant de détailler les mesures aux membres du Conseil national du débat sur la transition énergétique.

Le plan présenté ce jeudi est "une première étape concrète, qui doit être efficace, qui doit déclencher la décision de faire des travaux pour les familles, et elle sera complétée ultérieurement par des dispositions réglementaires et de nouveaux systèmes de financement", a-t-elle résumé.

L'une des mesures phares de ce plan en matière de rénovation énergétique est une aide de 1 350 euros aux travaux, à laquelle les 2/3 des Français devraient être éligibles selon la ministre et qui sera portée à 2 750 euros pour les personnes qui peuvent bénéficier du programme existant "Habiter Mieux".

Pour Delphine Batho, ce sont "des mesures immédiates, qui vont avoir un impact maintenant, à la fois pour déclencher la décision de faire des travaux d'efficacité energétique, donner du travail au secteur du bâtiment et avoir un effet d'investissement d'avenir et de levier dans cette période économiquement difficile".