Commerce

« Le commerce reste un vrai produit défensif », nous a affirmé le président de Savills, Jeremy Helsby, dans une interview accordée au magazine Business Immo.

Le conseil en immobilier d’entreprise, leader en Grande-Bretagne, a livré son analyse du marché de l’immobilier de commerce outre-Manche.
« Le marché du commerce prime sur les emplacements n°1 et des grands centres commerciaux redresse la tête. Avec une variable de taille : Londres souffre  d’un excès d’offres de surfaces commerciales ce qui place les locataires dans un rapport de forces favorable vis-à-vis des propriétaires. Aujourd’hui, dans un bon centre commercial, un locataire peut négocier des franchises très longues. Il n’y a guère que sur la durée des baux (10 ans) sur lesquels les propriétaires ne sont pas prêts à transiger.
Comme sur le bureau, on enregistre aujourd’hui 20 offres pour 1 centre commercial prime à vendre. Et, devant le manque de bons produits, la demande se déplace sur les produits secondaires de bonne qualité. Nous enregistrons ainsi 10 à 15 offres pour ce type d’actifs alors qu’il y a 6 mois, nous n’en avions aucune.
Je suis plus inquiet par l’offre de surfaces commerciales que par la consommation des ménages. Les Anglais aiment faire du shopping. Les investisseurs restent intéressés par cette classe d’actifs même s’ils sont vigilants sur la qualité des emplacements. Le commerce reste un vrai produit défensif. »

Découvrez la totalité de l’interview de Jeremy Helsby dans notre magazine spécial Mapic

Mots-clés : Jeremy Helsby, Savills