Commerce

« En baissant le rideau de Sephora à 21 heures, puis ceux des autres entreprises qui seront contraintes de fermer ensuite, on plongera progressivement les Champs-Elysées dans...

...l’obscurité commerciale », estime Jean-Noël Reinhardt, président du Comité des Champs-Elysées, dans un point de vue publié dans l’édition du 27 septembre des Echos. L’ancien patron du Virgin Megastore affirme que les commerces des Champs-Elysées réalisent, en moyenne, 20 % de leur chiffre d’affaires le soir. « On parle donc d’une perte de plusieurs centaines de millions d’euros de chiffre d’affaires sur une activité totale d’environ 1,5 Md€ », écrit-il. Auquel il faudrait ajouter entre 300 et 500 emplois perdus. « Ce qui ne sera plus acheté le soir sur les Champs-Elysées se perdra pour l’essentiel ou s’achètera la semaine d’après à Rio, Shanghai, Milan ou Tokyo ».