Bureau

Bonnet d'âne !

© niakc10 - Fotolia.com

Cela ressemble à un petit coup de règle sur le bout des doigts. Un peu "old school" il est vrai. Mais, Terra Nova vient de rappeler le gouvernement à ses engagements. Dans une note (salée), le think tank proche du parti socialiste s'émeut de la passivité du gouvernement dans la gestion de la rénovation énergétique du parc tertiaire existant, alors même que ce dossier est loin d'être anecdotique dans la transition énergétique prônée au sommet de l'Etat. Une passivité qui s'exprime par l'attente de la publication d'un décret sur l'obligation de travaux, dont on nous avait promis sa sortie imminente il y a... plus d'un an. Le comble, c'est que ceux qui sont incapables de publier le décret sur la rénovation tertiaire - Cécile Duflot au Logement et Philippe Martin à l'Ecologie - vont signer, ce jeudi, la "charte pour l'efficacité énergétique des bâtiments tertiaires publics et privés". On croit rêver !

D'autant que la passivité du gouvernement ne saurait s'expliquer par des freins venant des acteurs économiques. Au contraire, ce sont même eux qui sont à l'initiative de cette démarche d'amélioration de la performance énergétique des immeubles, de peur qu'un sous-conseiller quelconque édicte une énième règle inapplicable. Ce qui ne les a pas empêché d'avoir des objectifs aussi ambitieux que réalisables. Les conclusions du groupe de travail de Maurice Gauchot ont même été saluées par les ministères concernés, quelle que soit leur couleur politique.

La "finance" n'a donc pas attendu la doxa administrative pour anticiper cette fameuse transition énergétique. Dans le neuf, l'innovation des acteurs privés a même permis d'anticiper les normes réglementaires. Dans l'ancien, c'est une forme de darwinisme économique qui organise le secteur de l'immobilier tertiaire, catégorisant les immeubles selon leur niveau de performance. La rénovation énergétique fait même apparaître au grand jour l'obsolescence d'une partie du parc de bureaux... que le marché sanctionne par la valeur.

Au-delà des discours faussement moralisateurs sur la nécessité de mieux gérer les ressources de la planète, c'est une nouvelle ère économique qui se dessine. Celle de la 3e révolution industrielle mise en lumière par Jeremy Rifkin. Elle passera par l'immobilier, comme le prouve le "master plan" de la région Nord-Pas de Calais que l'économiste américain a dévoilé la semaine dernière devant les représentants économiques et publics de la région à l'occasion du World Forum Lille. Une manifestation où les ministres ont brillé par leur absence. Vu leur efficacité, on serait à deux doigts de s'en féliciter.