Logement

"Les architectes s’opposent fermement à une vision à la fois dépassée et hasardeuse du logement, qui prône un retour à une politique des modèles »

Catherine Jacquot © cencietjacquot.fr

C’est en ces termes Catherine Jacquot, présidente du Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA), interpelle les pouvoirs publics et les bailleurs sociaux dans un communiqué diffusé le 27 janvier intitulé : « L’Union sociale pour l’habitat (USH) prépare-t-elle le mal logement de demain ? »

Voici l'’intégralité du communiqué du CNOA : « En participant à la démarche lancée fin 2013 par Cécile Duflot "Objectifs 500 000 logements", l’ensemble des acteurs du cadre bâti s’est engagé, pour répondre à la crise du logement, à trouver des solutions pour construire plus, moins cher, plus vite et surtout mieux ! Les architectes y ont activement contribué et ont fait des propositions visant à la simplification des normes et à la préservation d’une maîtrise d’œuvre indépendante, condition sine qua non d’une production qualitative. Mais certaines organisations, les bailleurs sociaux en particulier, n’hésitent pas à proposer des solutions alarmantes pour la qualité du logement : typologies standardisées, groupement des commandes sans considération du contexte urbain…Les architectes s’opposent fermement à une vision à la fois dépassée et hasardeuse du logement qui prône un retour à une politique des modèles qui a montré largement ses limites par le passé et conduirait, si elle était mise en œuvre, à une multiplication de produits banalisés et répétitifs, réduisant l’intervention architecturale à son strict minimum. Le logement social est le premier levier d’une politique dynamique de mobilisation pour l’ensemble du secteur du logement. Répondre à la demande et à la cherté des prix ne peut passer par des solutions préfabriquées « lowcost », qui ne feront qu’exclure davantage les mal logés. Redonnons à l’habitat social les qualités d’innovation, de diversité et de valeur exemplaire qu’il mérite ! »