Carrières

Nouvelles dimensions

Directeur immobilier. Naguère, ce titre - fusse-t-il pour une grande entreprise française - ne faisait pas vraiment rêver. Aujourd’hui, il attire de grands noms de l’immobilier, de la finance et des RH. Il drague de nouveaux profils à défaut de nouvelles générations. Bientôt, il suscitera des vocations parmi les jeunes étoiles de l’immobilier. Ce n’est qu’une question de temps. Un mouvement est en route. Rien ne pourra l’arrêter. Pas même le contexte économique. Au contraire...

Ce mouvement inéluctable, c’est celui de la montée en gamme des directions immobilières à mesure que l’immobilier s’impose dans la stratégie des entreprises. La crise puis les nouvelles exigences autour de l’environnement de travail ont imposé une redéfinition des contours de ce poste et un nouveau discours. A la faveur de ce double mouvement asymétrique, les directeurs immobiliers ont gagné plus de crédit au sein des entreprises, ont grappillé un peu plus de poids au sein de leur hiérarchie, ont enfin négocié plus de pouvoir dans leurs maisons. Avec justice...

Être directeur immobilier en 2014, ce n’est plus seulement gérer efficacement un patrimoine, négocier des baux et des loyers. Non, être directeur immobilier aujourd’hui, c’est mener de front des projets de regroupement dans un contexte d’intense maîtrise des coûts, piloter l’harmonisation des équipes immobilières dans plusieurs pays du globe et gérer le quotidien de façon pro-active. C’est, surtout, démontrer comment l’immobilier peut être un levier de performance, un outil de création de valeur au service de la stratégie de l’entreprise. Cette dernière dimension, la plus délicate à assumer sans doute, la plus récente également, donne au directeur immobilier ses lettres de noblesse. Et impose un nouveau regard, de la part de leurs entreprises mais également de la part du cénacle immobilier et de ses professionnels sur le véritable rôle d’un directeur immobilier.

Mots-clés : Magazine 101, Utilisateur