Carrières
Daniel Lebègue, Institut Français des Administrateurs


« Faire toute leur place aux femmes dans les conseils d’administration »

Daniel Lebègue, président, Institut Français des Administrateur.
Business Immo Madame : Dans quelles circonstances l’IFA s’est-il engagé sur la place des femmes dans les conseils d’administration ?
Daniel Lebègue : En 2005, nous avons réuni un groupe de travail sur le sujet, qui était présidé par Agnès Touraine. Le constat établi était accablant : la proportion de femmes dans les conseils d’administration et dans les comités exécutifs des grandes sociétés cotées du SBF 120 était, à l’époque, de 7,5 %. Dans un pays où près de la moitié des diplômés de l’enseignement, 50 % des salariés et 35 % des cadres, sont des femmes, cette situation traduisait une grave sous-utilisation du capital humain dans nos entreprises et une négation du principe d’égalité entre les femmes et les hommes inscrit dans la loi et consacré dans les accords d’entreprises. Il fallait donc réagir. Le rapport Touraine, adopté à l’unanimité par notre conseil d’administration de l’IFA, a recommandé une démarche volontariste, conduisant à porter la place des femmes parmi les administrateurs à 20 % au moins dans un délai de 4 ans. Lorsque nous avons établi un nouvel état des lieux fin 2009, nous avons constaté que le curseur n’avait pratiquement pas bougé. Nous avons donc considéré qu’il fallait changer de méthode et l’IFA a apporté son soutien à la proposition de loi Copé de Zimmermann, qui prévoit de porter la part des femmes dans les conseils des grandes sociétés à 20 % fin 2013 et à 40 % fin 2016. Notre prise de position s’est heurtée, à l’époque, à beaucoup de résistance de la part de ceux qui pensaient qu’il n’y avait pas, en France, un vivier suffisant de femmes compétentes pour siéger dans les conseils et que la promotion de la diversité se ferait au détriment de la qualité de la gouvernance. L’histoire est en train de démontrer le contraire.
BIM : Quelle est la situation aujourd’hui ?
DL : Fin 2013, la proportion de femmes dans les conseils du CAC 40 et du SBF 120 devrait s’établir autour de 28 %, ce qui est le meilleur score en Europe et dans le monde, Norvège exceptée. Si, dans un premier temps, l’ouverture s’est faite au bénéfice d’un petit groupe de 15 à 20 femmes connues dans les cercles professionnels et dans les médias, la dynamique est en train de s’élargir en direction de femmes membres du comité exécutif de sociétés grandes ou moyennes ou de professionnelles de l’audit, du droit, du management, du monde académique. L’appel d’air va s’amplifier puisque ce sont plusieurs milliers de mandats d’administrateurs (6 à 8 000) qui seront à pourvoir dans les cinq années à venir. Dans le même temps, la diversité, des genres, mais aussi des âges, des nationalités, des expériences professionnelles, est aujourd’hui reconnue comme une valeur positive du management et de la gouvernance d’entreprise. Le recrutement des administrateurs se professionnalise, le conseil est de moins en moins le « club de pairs » qu’il était, il devient le « pool de compétences et d’expériences » dont la société a besoin. Pour reprendre le langage des sociologues, c’est le « petit monde », le cercle fermé de quelques dizaines de grands dirigeants qui est en train de céder la place à des conseils qui exercent pleinement leurs missions, qui travaillent beaucoup et qui reflètent, dans leur diversité, la réalité sociale de nos entreprises. La limitation des cumuls de mandats et l’ouverture des conseils à des administrateurs salariés sont des évolutions qui vont dans le même sens.
BIM : Quelles initiatives l’IFA a-t-il prises pour accompagner et favoriser le mouvement ?
DL : Nous cherchons à agir à la fois du côté de l’offre et de la demande d’administrateurs afin de contribuer à ce mouvement de professionnalisation de leur recrutement. Du côté de l’offre, nous proposons aux administrateurs et futurs administrateurs des formations et un cursus de certification, qui rencontre un grand succès puisque plus de 200 personnes de grande qualité ont obtenu la certification ASC IFA au cours des deux dernières années. Nous avons également mis en place un mentorat ainsi que des partenariats avec des cabinets de chasseurs de têtes et des clubs de femmes tels que le Women’s Forum ou des associations d’anciens élèves de grandes écoles. Du côté de la demande, nous venons d’ouvrir à destination des entreprises, notamment des ETI et des PME, un site d’offre de mandats en ligne. Je cherche un « administrateur.com ». Au total, nous sommes très confiants dans la capacité de notre pays à tenir les objectifs ambitieux qu’il s’est fixé en matière de promotion de la mixité et de la diversité dans les organes de direction des entreprises. Nous sommes convaincus à l’IFA que la qualité de notre gouvernance d’entreprise s’en trouvera améliorée.

Cette nouvelle édition de Business Immo Madame intitulée "Où en sont les femmes ?" a entièrement été réalisée par les membres du Cercle des Femmes de l'Immobilier et son Cercle Complice.

> Acheter Business Immo Madame 2013

> S’abonner à Business Immo