Logement
Point de vue de Patrick Chappey, Gererseul.com

L’attentisme des investisseurs ne les empêche pas de saisir les opportunités intéressantes qui se présentent

Patrick Chappey, fondateur de Gererseul.com, livre son analyse sur le marché immobilier en 2014.

Bien que les investisseurs abordent 2014 de façon un peu pessimiste, en raison des incertitudes économiques, des taux d’intérêt légèrement à la hausse, du flou artistique de la loi Duflot, ou encore de l’augmentation des impôts (avec, notamment, la taxation des plus values immobilières)… la demande reste encore très importante, compte tenu de l’offre disponible sur le marché.

Les prix ne baissent que très légèrement à l’heure actuelle dans les zones tendues, comme l’Ile-de-France, et cette tendance devrait se prolonger au cours de l’année 2014, avec une correction des prix qui ne devrait se faire que faiblement ressentir. De la même façon, le nombre de transactions immobilières, qui a très légèrement baissé en Ile-de-France, et un peu plus en province en 2013, devrait encore stagner en 2014.

Car l’attentisme des investisseurs ne les empêche pas de saisir les opportunités intéressantes qui se présentent, et ce d’autant plus que, face aux incertitudes de la bourse, la pierre demeure une valeur refuge ! Toutefois, la qualité de l’acquisition est de plus en plus étudiée par ces derniers…

Emplacement, type d’immeuble, clarté, étage élevé, vue, optimisation de l’espace, proximité des commerces et des transports… Autant de critères auxquels les investisseurs portent désormais une réelle attention !

Sur le plan des loyers, 2014 ne devrait pas non plus apporter de grosses surprises, même dans les zones tendues. Dans leur ensemble, les propriétaires deviennent pragmatiques et c’est une bonne chose ! Ils ont compris qu’augmenter les loyers, alors que les salaires ne suivent pas, n’est pas une bonne idée.

Pas plus que vouloir gagner plus en se positionnant, sur le plan des tarifs locatifs, au plus haut du marché : le turnover, alors plus important, agit sur la rentabilité globale. Démonstration avec un cas réel récent : un propriétaire louait son studio de 25 m², dans le centre de Paris, 1.100 €/mois, au-dessus des prix du marché.

Résultat : son locataire a délaissé l’appartement au profit d’un autre… et le bailleur a du procéder à un rafraîchissement complet du logement avant de rechercher un nouveau locataire à un niveau de loyer plus bas, en plus…

Bilan : entre la baisse de loyer, les frais de peinture, les frais de recherche de locataire (agence immobilière mandatée) et les deux mois de vacance locative, une rentabilité en chute libre et beaucoup de soucis !… ».

Mots-clés : Patrick Chappey, Gererseul
Business Immo