Territoires

2 millions d'hectares - C'est le recul des surfaces agricoles entre 1981 et 2012 sous l'effet de l'urbanisation.

L'urbanisation a grignoté l'équivalent de deux départements en trente ans, tandis que la surface des espaces naturels "présente une remarquable stabilité" sur la période, a annoncé le service des statistiques du ministère de l'Agriculture.
Entre 1981 et 2012, les surfaces agricoles ont reculé de 7 %, perdant quelque 2 millions d'hectares. Cela représente 3,8 % de la superficie de l'Hexagone, soit "l'équivalent des deux plus grands départements métropolitains réunis (Gironde et Landes)", explique Agreste dans une note. L'évolution à la baisse de la taille des ménages (décohabitation,vieillissement, divorces...), les politiques d'urbanisation (habitat individuel ou collectif, type d'infrastructures), mais aussi le développement des résidences secondaires dans certaines zones" sont pour l'Agreste les principales causes de ce phénomène.
 
Au final en 2012, les terres agricoles couvraient 51 % du territoire métropolitain, les espaces naturels 40 % et les espaces artificialisés (sols bâtis, routes, espaces verts...) 9 %.