Bureau

Un peu plus près des étoiles

© Nicemonkey - Fotolia.com

Petite devinette : quel est, en ce moment, le point commun entre zinzins, fonds souverains, foncières cotées et autres family office ? Au-delà de leurs propres stratégies d'investissement, au-delà de leurs profils de risques respectifs, au-delà des sommes qu'ils sont prêts à investir, ils votent tous en faveur d' un produit immobilier pas tout à fait comme les autres : l'hôtellerie. Une étude du cabinet d'expertise-comptable Denjean & Associés parue la semaine dernière confirme cet engouement presque sans limites : 47 % des investisseurs interrogés devraient accroître leurs investissements d'ici la fin 2014 dans cette classe d'actifs que l'on classe encore dans l'immobilier de services. Pour deux raisons majeures : un rendement global attractif et une bonne visibilité à moyen/long terme.

Pas un jour ne se passe, en effet, sans qu'un palace cannois ou parisien ne change de mains, qu'un nouveau concept n'émerge ou qu'un portefeuille d'hôtels ne soit vendu. Surfant sur un marché du tourisme en plein boom - que quelques parlementaires inconscients n'arriveront pas à briser -, captant des capitaux disponibles toujours en hausse, profitant du changement de business model de certains majors hôteliers, l'hôtellerie - qui devrait bientôt quitter la catégorie investissement alternatif - coche toutes les cases. " Le marché de l'investissement hôtelier est, en France mais aussi en Europe, en plein développement avec de nouveaux investisseurs qui s'intéressent à cette classe d'actifs, des volumes qui ne cessent de croître et des performances hôtelières globalement en progression", résume Catherine Rawanduzi, directrice de CBRE Hôtels France qui livrait, la semaine dernière, ses chiffres du marché de l'investissement dans le cadre d'une conférence sur l'hôtellerie organisée par NatixisCMS Bureau Francis Lefebvre et CBRE. Toutes les catégories sont logées à la même enseigne : le super-économique et l'économique font preuve de résilience, le moyen de gamme enregistre une forte hausse de son RevPAR et le haut-de-gamme est soutenu par des concepts innovants. Deux de ses specimens les plus prestigieux- le Peninsula Hôtel et le Plaza Athénée - (ré)-ouvriront d'ailleurs leurs portes le 1er août prochain. Et cela se passe à Paris...

Grâce à des structures d'investissement diversifiées et des profils de risques variés, l'hôtellerie est incontestablement en passe de gagner ses lettres de noblesse comme classe d'actif à part entière, suivant le même chemin que celui du commerce il y a encore quelques années. Aujourd'hui, le produit inaugure un nouveau cycle de marché et consacre la victoire d'un modèle - le fameux murs & fonds - où des investisseurs immobiliers s'apprêtent à prendre le risque d'exploitation. Une nouvelle page qui s'ouvre...