Hôtels/Loisirs

En juin 2014, les performances hôtelières françaises traînent les pieds, excepté sur le littoral…

En partenariat avec

© Brian Jackson - Fotolia.com

Selon la récente étude du cabinet Deloitte In Extenso, le bilan du mois de juin est globalement négatif. L’hôtellerie française affiche une nouvelle baisse des chiffres d’affaires hébergement. Juin est pourtant traditionnellement un mois de forte activité et le calendrier ne recelait pas de ponts susceptibles, comme en mai, de venir gâcher la fête.

L’occupation et le prix moyen de l’hôtellerie française sont, à de rares exceptions près, en retrait de l’année passée. En augmentation de 2,1 % par rapport à l’année précédente, la fréquentation des hôtels de luxe est la seule à tirer son épingle du jeu. A paris, elle enregistre une hausse plus faible de 0,5 % tandis qu’en province, elle augmente de 7,1 %.

Dans le quart Nord-Est, Lille fait figure de leader en affichant une augmentation de son taux de fréquentation pour le grand luxe (+ 5,7 %), pour les hôtels économiques (+ 7,1 %) et pour les hôtels super économiques (+ 5,5 %).

Dans le quart Nord-Ouest, les performances plus mitigées surtout en ce qui concerne le taux de fréquentation des hôtels économiques (+ 4,4 % à Angers, + 3,7 % à Nantes, + 6,8 % à Niort et + 8,2 % à Rennes). Dans ce secteur, le Havre enregistre une hausse de 14,1 % du taux de fréquentation de ses hôtels milieu de gamme.

Cap au Sud-Est, où les performances globales s’effondrent et où le taux de fréquentation des hôtels enregistre une baisse généralisée. Sur la Côte d’Azur, la tendance est inverse avec taux de fréquentation globalement positif sur tout le secteur.

Hormis la communauté d’agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz (+ 16,9 % dans le haut de gamme et + 10,6 % dans l’économique), le reste du quart Sud-Ouest a affiché une baisse généralisée du taux de fréquentation hôtelier.

Sur le littoral, tous les voyants sont au vert avec une augmentation massive et généralisée des taux de fréquentation hôtelier, avec une performance particulièrement haute pour le luxe et le haut de gamme qui enregistrent une augmentation de 17,2 %.

> Retrouvez plus d'infos dans notre rubrique "Etudes"