Bureau

"Mad" in France

En direct d'Expo Real (Munich) - French-bashing : l'expression rencontre, en cette post-rentrée 2014 émaillée des traditionnels colloques et de rencontres pan-européennes, un certain regain d'intérêt. La France serait étouffée par le poids de sa règlementation. La France serait acculée par sa ponction fiscale et surtout par son instabilité chronique. En un mot, la France ne ferait plus rêver les investisseurs internationaux. Faux, archi-faux, tonnent les grands manitous de l'immobilier hexagonal, mettant en avant les avantages incontournables de la place française. Sont-ils tous devenus fous ? "Il y a finalement une certaine stabilité dans l'instabilité", lâchait, non sans une pointe d'ironie, un éminent professionnel dans le cadre du colloque GRI. Traduction : la célèbre instabilité française est une variable intégrée dans les stratégies d'investissement des grands donneurs d'ordre mondiaux. Ils savent faire avec depuis... trois décennies.

Le constat en revanche ne souffre pas la controverse. L'argent afflue sur Paris. La place parisienne n'a rien perdu de sa superbe au contraire. Alors, pourquoi la France est-elle si peu "plug and play" pour les investisseurs internationaux qui raisonnent aussi Londres, Francfort ou Milan ? Question de mentalités, pour les plus pessimistes. Question de cycle, pour les autres. "Nous n'avons pas encore vu la force de frappe des newcomers", ajoute Thierry Laroue-Pont, le président de BNP Paribas Real Estate. La France immobilière serait donc à l'aube d'un nouveau cycle dans l'investissement. Il suffit d'un peu de patience pour voir venir...

La meilleure preuve de l'attractivité de la place française - pardon parisienne -, ce sont les Français eux-mêmes qui la donnent en exportant leur savoir-faire hors de leurs frontières. Foncière des Régions 73.98€ | +0.07%  à Berlin, Amundi Immobilier à Londres, Corum Asset Management aux Iles Canaries... : les rangs des Français qui investissent à l'étranger gonflent. Leurs modes opératoires s'élargissent. Leurs horizons se diversifient. Leurs véhicules redoublent d'ingéniosité. Même si, selon l'expression de Pierre Vaquier, le président d'AXA Real Estate, "on ne bascule pas du jour au lendemain à l'international", il y a incontestablement un made in France dans l'investissement.

Pour lire l'intégralité du magazine 108

> Pour vous procurer le numéro 108

> Pour vous procurer le numéro 108 au format digital

> Abonnés à l'Intégrale ou au Digital, identifiez-vous et consultez dès à présent le numéro 108 au format digital, accessible depuis ordinateurs et tablettes.