Carrières

« Quelle fonction RH pour l’immobilier ? »

Eclairer plutôt que décider. Accompagner les organisations dans leurs changements. Tels sont les enjeux actuels et futurs de la fonction RH dans le secteur immobilier.

Cette singularité est au mieux recherchée par les directions opérationnelles conscientes du formidable levier d’engagement des équipes que constitue la combinaison maîtrisée du couple social / économique. Le plus souvent, elle est méconnue de nos dirigeants parce qu’insuffisamment expliquée par les DRH eux-mêmes, limitant leur expertise aux seuls outils plus ou moins sophistiqués. Parfois aussi contestée ou crainte car la fonction RH a ce pouvoir d’interroger, de remettre en question les choix effectués par les métiers au regard des aspirations du corps social que nous représentons auprès des décideurs.

Si la force des sociétés de services immobiliers est d’avoir laissé se développer en leur sein de fortes individualités capables de réaliser « intuitu personae » de grandes opérations immobilières génératrices de revenus importants, leur défi actuel est de créer de la richesse économique et humaine en s’appuyant d’abord sur le jeu collectif. Autrement dit, en coopérant entre métiers tout en valorisant les individus.

Le rôle assigné à la DRH est ainsi de questionner les organisations sur cette nécessaire complémentarité entre l’individuel et le collectif et de participer à l’élaboration des solutions sur des questions aussi diverses que les systèmes de rémunération, la formation aux compétences futures, les modèles de délégation ou encore les styles de leadership encouragés.

Autant de questions pour lesquelles la fonction RH doit être persévérante tant le rapport au temps entre direction opérationnelle et DRH n’a jamais été aussi différent. Immédiat pour les uns ou au mieux lié aux prévisions annuelles de chiffres d’affaires et à moyen terme pour les autres tant les processus de changements demandés aux collaborateurs pour accompagner le développement sont complexes et nombreux.

Une coopération sincère et bienveillante entre les directions opérationnelles et la fonction RH est la clé pour appuyer ces évolutions. Généralement sensibilisés aux questions traditionnelles de gestion des carrières, de recrutement, de mobilité ou de systèmes de rémunération, une proximité entre dirigeants et DRH permet assurément de porter sur l’organisation des entreprises un regard novateur : celui du sens tant les questions de performance sont, aux yeux des collaborateurs, insuffisamment engageantes.

Ceci est d’autant plus vrai que l’internationalisation croissante du secteur immobilier impose aux entreprises d’être cohérentes dans leur stratégie économique de développement.

Nous ne pouvons plus espérer que le siège social soit le seul lieu d’initiatives ou de prises de décisions en France ou à l’étranger. La fonction RH doit nécessairement gérer la périphérie aussi bien que le centre, s’assurer aussi que les exceptions locales se justifient au regard des fonctionnements habituels et souhaités, des valeurs que porte chaque groupe.

Il s’agit de décloisonner et de mettre en commun les modèles et les compétences pour participer à la construction de l’immobilier de demain dans le respect des individualités.

En somme, de partager la fonction RH.