Hôtels/Loisirs
Point de vue d'Eric Duval, Groupe Financière Duval

[POINT DE VUE] Les résidences de tourisme n’ont pas à avoir peur d’AirBnB

Les acteurs français du tourisme ont eu successivement à subir TripAdvisor et les faux avis qui y ont été publiés, Booking et son oligopole et maintenant Airbnb … Il n’y a en revanche pas à lutter contre Airbnb et les nouvelles tendances de consommation de séjours. En effet, les résidences de tourisme proposent aujourd’hui bien plus qu’un emplacement ou qu’un lieu de séjour; elles proposent une expérience enrichie de services que l’on ne peut pas trouver chez AirBnB.

S’il faut bien reconnaitre que les résidences de vacances se sont longtemps concentrées sur une offre de lieux d’exception : les plus beaux emplacements, la décoration la plus contemporaine, etc… les résidences de tourisme ont su prendre un tournant et ont peu à peu envisager autrement l’hôtellerie de tourisme que par leur prisme immobilier historique.

De vraies vacances, zéro défaut Face à l’explosion de l’offre CtoC (Consumer to Consumer), les résidences défendent aujourd’hui les vacances, les vraies celles qui sont synonymes – dans la tête du consommateur – du zero défaut !

Guy de Maupassant nous disait déjà que « Le voyage est une espèce de porte par où l’on sort de la réalité comme pour pénétrer dans une réalité inexplorée qui semble un rêve. » Comment rêver quand vos économies sont passées dans la réservation d’un appartement dont personne ne garantit l’entretien ? Dormirez vous dans les draps du voyageur précédent ?

Passerez vous vos vacances à le nettoyer ? Pire, passerez vous vos vacances stressés à l’idée de devoir répondre aux inspecteurs mandatés par toutes les grandes villes du monde pour lutter contre l’expansion non maitrisée des sites de location entre particuliers ? Et si d’ailleurs, une fois réservée, l’offre n’existait pas … Toutes ces péripéties désagréables, ces pincements au cœur au moment de prendre possession de son lieu de vacances ne peuvent pas se produire dans les résidences de tourisme. En réservant dans une résidence de tourisme, les consommateurs ont la garantie de bénéficier d’un véritable accueil et des assurances professionnelles qui les protègent.

Un gage de qualité

Combien de témoignages publiés sur internet démontrent sans ambiguïté que les résidences de tourisme constituent un véritable gage de qualité. Contrairement aux sites internet, vous bénéficierez d’un accueil même en cas d¹arrivée tardive ou retardée, vous avez l’assurance d’un personnel qui pré-réserve vos activités et votre matériel tout en garantissant sa qualité. Vous bénéficiez même parfois de la possibilité de faire remplir votre frigo avant votre arrivée.

Les taux de satisfaction mesurés par huissier à la demande d’Odalys auprès de sa clientèle démontrent année après année de la réalité de la qualité de ces services. Ainsi, 9 utilisateurs sur 10 des résidences Odalys recommanderaient ces dernières à leurs amis.

Le tourisme, la première industrie au monde

D’une manière générale, les résidences trouveront toujours leur salut dans leur capacité à répondre avec excellence aux attentes des consommateurs.

Le tourisme est la première industrie au monde, représentant 12% du PIB mondial et plus de 250 millions d’emplois a récemment rappelé Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international avant d’illustrer ses propos par un objectif chiffré pour la France pour 2020 : 100 millions de visiteurs étrangers. Nous en sommes loin. Pour cela, il convient de miser sur le potentiel extraordinaire des résidences de tourisme qui doivent continuer à innover pour se démarquer et offrir un service de qualité à des touristes satisfaits.

Une contribution à la relance

Les résidences de tourisme représentent aujourd’hui 25% du parc de l’hébergement touristique bâti, générant déjà à elles seules 7 milliards d’euros de retombées économiques hébergement inclus, selon une étude Atout France. Elles peuvent encore considérablement se développer et contribuer à la relance de l’économie et du tourisme français.

Face à ce modèle vertueux, les initiatives douteuses se multiplient au nom de nouveaux modes de consommation. Face à cette dynamique, c’est même le dumping qui prévaut. Ainsi Airbnb a imité Google et Facebook, entre autres, en installant son siège européen en Irlande. C’est à Dublin qu’atterrissent les sommes prélevées par Airbnb sur chaque nuitée. Comme l’a révélé BFM Business, la maison-mère de la filiale européenne est enregistrée au Delaware, le paradis fiscal des Etats-Unis, et trois filiales ont été créées dans un autre paradis fiscal, Jersey.

Il appartient désormais à chacun de réfléchir à ce qu’il souhaite comme vacances pour sa famille et à tous les acteurs du tourisme français (publics comme privés) de tout faire pour préserver un tourisme de qualité car nous ne redynamiserons pas notre tourisme en le bradant.