Logistique
Point de vue de Claude Samson, Afilog

[POINT DE VUE] " Faisons de la Conférence Nationale de la logistique une réussite ! "

Est-il possible que la Conférence nationale de la logistique ne tienne pas ses promesses ? Non ! Pour Claude Samson, président d'Afilog, son existence révèle la prise de conscience des pouvoirs publics de l’importance de la logistique pour la dynamique économique du pays, secteur qui emploie plus d’un million de salariés et se situe à la 5ème place des secteurs économiques les plus dynamiques en France.

Est-il envisageable quelle ne soit pas suivi d’effets et de décisions porteuses d’avenir alors que le premier document de travail émis par le comité scientifique est sous-titré « Etat des lieux et pistes de progrès » ? Encore non !
 
Pour autant, et afin que cette conférence ne reste pas un énième “Comité Théodule“ qui en embrassant trop large raterait son objectif d’efficacité, nous suggérerons 5 clés de progrès rapides, simples et économiques.
Ces pistes d’actions peuvent être fondatrices du “schéma directeur national de la logistique“ en ligne de mire de la Conférence. Une vision et un plan d’actions qui font cruellement défaut à notre pays alors même que la Commission européenne s’est dotée d’une ambition générique il y a plusieurs années à l’instar de la plupart des pays européens ou nord américains.
 
1 - La première de ces clés de progrès s’inscrit dans le prolongement direct de la Conférence Nationale que ces initiateurs ont justement voulue transversale : La création d’une délégation interministérielle.
Cette décision politique serait symbolique de l’engagement en faveur d’un secteur économique indispensable à la compétitivité commerciale intra et extra hexagonale. Une décision forte pour offrir aux professionnels un interlocuteur unique à la croisée des enjeux d’aménagements du territoire, du transport, de l’emploi, d‘un développement équilibré et durable. Une Délégation interministérielle fondée à exiger l’établissement d’un compte logistique associé à la comptabilité nationale.
 
2 - La deuxième clé de progrès se base sur le rapport du comité scientifique qui reconnaît « qu’il n’a pas été possible, dans le cadre de ses travaux, de dresser un état des lieux précis de l’offre d’espaces logistiques, ni de l’effet des implantations logistiques sur l’attractivité du système logistique français, ni des impacts environnementaux et territoriaux ».


Le lancement d’un observatoire précis de l’existant permettant une définition des besoins logistiques, de leur localisation, des surfaces nécessaires, et de l’emploi associé constitue à notre sens la pierre angulaire de toute réflexion visant à répondre aux enjeux nés des mutations de notre société de consommation.
Afilog et l’ensemble de ses entreprises adhérentes s’impliqueraient à 100 % sur cet audit qui permettrait d’apporter des réponses à des questions aussi évidentes et dépourvues de réponses actuellement :


• Ou devons nous prévoir du foncier pour répondre aux grands enjeux de chaque nouvelle région ? 
• Quelles synergies multimodales sont possibles territoire par territoire ?
• Comment planifier la logistique urbaine pour que son coût et son impact environnemental soit suffisamment réduit pour la rendre acceptable, efficace, adaptée ?
• Quels sont les territoires sous-équipés, suréquipés, équilibrés pour définir les priorités ?
• Quels sont les freins faciles à lever ?
 
3 - La troisième clé de progrès repose sur une grande campagne médiatique de promotion et de valorisation du secteur logistique à l’initiative de l’Etat. L’enjeu est de lever les idées reçues que cette activité suscite en expliquant aux consommateurs citoyens et aux élus, son apport quotidien, son poids économique et social, ses métiers…pour ainsi favoriser la compréhension de sa nécessité et l’attractivité de ses emplois.
 
4 - La quatrième clé de progrès prolonge aussi un constat fait par le comité scientifique qui met en exergue comme frein prioritaire au développement de la logistique, « l’insécurité législative et réglementaire française ».
Afilog plaide pour une homogénéisation et une simplification des règlementations constructives au niveau européen qui favorise un renforcement des investissements en écartant toute insécurité juridique.
 
5 - La cinquième clé de progrès permet de stabiliser la fiscalité liée à l’immobilier logistique afin de ré-attirer les investisseurs étrangers dont la baisse des engagements ont récemment fait passer notre pays derrière le Royaume Uni. L’idée n’est pas de céder à des revendications corporatistes mais bien de ne pas annihiler les extraordinaires atouts de notre pays par un contexte fiscal qui a pour inconvénient de rendre impossible toute prévisions de rentabilité dans le temps.
 
Est-il possible que cette Conférence Nationale ne s’inspire pas des propositions élaborées par les premiers concernés par cette réflexion : les entreprises en charge de la performance de la logistique au service de tous les publics ? Nous ne le croyons pas !


Notre adhésion à cette conférence est pleine et entière. Notre vigilance ne sera pas moindre quand aux décisions qui devront être prises pour que la démarche ne connaisse pas le sort des milliers de rapports commandés par les pouvoirs publics. Il en va de l’avenir du commerce français. Rendez vous est pris dans quelques mois pour tirer ensemble les enseignements que cet engagement des pouvoirs publics laisse espérer.
 

Business Immo