Bureau

[EDITO] Pourquoi maintenir les grands rendez-vous de l’industrie immobilière

La haine a frappé une nouvelle fois à Paris et à Saint-Denis ce vendredi 13 novembre. C’est bel et bien un modèle de vie qui est attaqué de plein fouet, et même un modèle de ville aussi, cosmopolite, festive, ouverte que chaque citoyen – à son échelle – se doit de défendre.

Au-delà des sentiments de chagrin, de peur, de compassion ou de colère, il faut maintenant vivre ces jours d’après.

Etat d’urgence ou non, les évènements prévus ne doivent plus être repoussées, à commencer par les prochains rendez-vous de l’industrie immobilière, le Mapic et le Simi. Les organisateurs de ces deux évènements majeurs nous l’ont confirmé ce matin même.

Le Mapic, qui se déroulera du 18 au 20 novembre au Palais des Festivals à Cannes « ouvre comme prévu » indique un message sur la page d’accueil du site.

De son côté, le Simi, par la voix de Catherine Sachreiter confirme que « le Simi aura bien lieu. Il est impensable que nous cédions la place à la peur. L’objectif des terroristes est de créer une psychose qui mènerait à la paralysie de notre économie tout entière » nous indique la commissaire générale du Simi qui se déroulera donc comme prévu du du 2 au 4 décembre au Palais des congrès de la Porte Maillot à Paris.

Quant à la COP 21 elle doit non seulement être maintenue à Paris, mais elle se doit d'être ambitieuse et les acteurs de l’immobilier et de la construction d’y jouer un rôle majeur. Celui de l’innovation, la clé pour bâtir la ville de demain, la vie de demain, où la liberté est et restera la première pierre de tout édifice.