Hôtels/Loisirs

Recul très net de l’hôtellerie francilienne en octobre (In Extenso)

En partenariat avec

© Andrey Burmakin - Fotolia

Les mois se suivent et les tendances observées jusque là se confirment selon la dernière étude "Performances Hôtelières en France" d'octobre 2015 réalisée par In Extenso -Deloitte.

Si les performances cumulées à fin octobre restent peu ou prou à l’équilibre, le mois d’octobre marque un retrait sensible sur la plupart des catégories, en comparaison il est vrai, d’un mois d’octobre 2014 de bonne tenue. Le recul très net de l’hôtellerie francilienne dans son ensemble est sans doute le fait marquant sur la période et tire vers le bas les performances moyennes sur l’ensemble de la métropole.

Après un été et une rentrée morose, l’hôtellerie francilienne confirme au mois d’octobre une tendance baissière sur l’ensemble des catégories et l’ensemble de l’Ile de France. Même si la comparaison avec octobre 2014 relativise les performances mensuelles 2015 très en retrait, à fin octobre, seules les catégories supérieures parisiennes parviennent à conserver un REVPAR en légère progression (+1,3%). Les efforts tarifaires consentis
par les hôteliers parisiens (RMC en retrait de -2,6 à -12% selon les catégories) n’ont pas tiré vers le haut la fréquentation, elle-même globalement en recul.
À l’inverse, et à l’instar de ces derniers mois, la Province comme la Côte d’Azur confirment de belles performances. Les progressions cumulées sont, à fin Octobre, relativement confortables (REVPAR en progression, selon les catégories, de 0,7 à 7% en Province, de 4,7 à 12% sur la Côte d’Azur). La belle arrière saison que nous avons connue a profité aux territoires touristiques. Les territoires littoraux et leurs agglomérations réalisent de bons résultats : Bayonne-Anglet-Biarritz, Bordeaux, Montpellier, Marseille, Nice, mais également le Havre, …

Il est à craindre que certains effets structurels pénalisants, évoqués le mois dernier (impact de l’émergence de l’économie collaborative), seront sans aucun doute amplifiés dans les semaines ou mois qui viennent par les événements tragiques survenus à Paris au début du mois de novembre. La fréquentation des hôtels parisiens en premier lieu, mais au-delà celle de l’ensemble du territoire, sera sensiblement impactée. Si la Côte d’Azur et
la Province, compte tenu des résultats positifs enregistrés depuis le début de l’année, pourront sans doute terminer positivement l’exercice, la fin d’année pourrait être beaucoup plus compliquée pour l’industrie hôtelière francilienne.

Mots-clés : In Extenso - Deloitte