Bureau

[EDITO] Bifurcation(s)

Innovation & Immobilier © Business Immo

Les Barbares sont là. Ils entrent dans Rome et s’attaquent à la rente. L’actualité nous rappelle plus jamais la violence des modèles disruptifs qu’ils embarquent et qu’ils génèrent. Ici, c’est Uber qui assassine les taxis. Là, c’est Airbnb qui transforme les particuliers en autoentrepreneurs hôteliers. Les dégâts sociétaux et économiques sont encore mal appréciés, mais on pressent qu’ils seront énormes.

En d’autres termes, l’innovation nous saute à la gueule et c’est un tsunami qui déferle. Il emportera ceux qui ont refusé de voir la vague ou qui l’ont vu trop tard. Mais, il permettra aux plus agiles, aux plus avertis, de surfer dessus.

C’est pour détecter ces signaux faibles, avant-coureurs, que Business Immo et l’IEIF ont lancé le club « innovation et immobilier ». Car l’industrie immobilière a compris qu’elle n’était plus à l’abri. Jean Staune, qui intervenait lors du lancement du club, applique volontiers la théorie du chaos à tous les pans de l’économie, rappelant que le monde sera toujours plus volatil demain qu’aujourd’hui rendant de facto inopérant toute prévision sur le long terme. Ce que redoutent les acteurs de l’industrie immobilière, nourris aux cash flows sécurisés, aux business plan à trois ans, à une certaine inertie de leur activité.

Ce que n'a pas manqué de rappeler Bernard Michel, qui intervenait en qualité de président de la commission Innovation de la FSIF, en nous invitant à "générer de l'innovation ensemble" et à "casser les codes, sortir du cadre pour éviter de subir la révolution".

Tout s’accélère bien évidemment à la faveur de la révolution technologique. Mais, l’innovation, c’est surtout un état d’esprit. Sortir du cadre, casser les codes, savoir partager des idées, accepter des retours d’expérience douloureux (c’est-à-dire l’échec) pour éviter de subir. Le club innovation et immobilier a pour mission d’apporter des éléments d’analyse et de réflexion sur les mutations à venir dans les secteurs et métiers immobiliers. L’usage prendra-t-il le pas sur la détention ? La flexibilité aura-t-elle la peau du bail commercial ? L’imprimante 3D va-t-elle tuer les constructeurs ? Celui qui maîtrise l’information dans et autour de l’immeuble sera-t-il le nouveau roi d’une société post-capitaliste ?

Autant de pistes pour des ateliers où les majors de l’industrie immobilière vont devoir se confronter à cette myriade de start-ups qui ne rêvent que de bousculer les modèles fordistes existants pour se faire une place au soleil. Pas uniquement pour protéger leur modèle, mais bel et bien pour devenir résilient, au sens premier du terme, à savoir la capacité pour une organisation à retrouver ses propriétés initiales après une altération, une bifurcation dirait Jean Staune.

Le prospectiviste rappelait le parcours du chef des barbares : Elon Musk. Il a inventé PayPal avant même que Visa y pense. Il envoyé une fusée dans l’espace pour trois francs six sous au nez et à la barbe de la Nasa. Il a court-circuité tous les constructeurs automobiles en lançant Tesla. Il vient sur les smart-grid avec SolarCity. Il y a certainement des centaines, voire des milliers, d’Elon Musk qui peaufinent leur modèle disruptif. Mais, on a peut-être tous une partie d’Elon Musk qui sommeille en nous. A nous de le réveiller.

> Accédez au site officiel du Club Innovation & Immobilier