Bureau

2010 : AN I d'un nouveau cycle en Ile-de-France

2010, année de la reprise sur le marché locatif ? Avec un take-up prévisible à fin 2010 de 2,2 millions de m² en Ile-de-France, les chiffres plaident en effet pour ce scénario.

« L’année 2010 est l’an I du cinquième cycle immobilier observable depuis 1975. Le marché est reparti à la hausse. Nous sommes donc sortis du quatrième cycle qui s’est étalé sur sept ans entre 2003 et 2009, pour entrer dans un nouveau. 2010 s’annonce ainsi comme la cinquième meilleure année jamais observée sur le marché locatif francilien », théorise Cyril Robert, directeur études et recherche au sein de Knight Frank, lors de la présentation de son étude annuelle « Vision ».
La volonté de rationalisation immobilière des entreprises, et dans une moindre mesure la reprise à la hausse du besoin global de bureaux, expliquent cette bonne tenue du marché locatif. « L’économie francilienne a cessé de détruire des emplois tertiaires en début d’année 2010 et elle esquisse même un timide mouvement de création. Sur un total de 4,08 millions de salariés du secteur concurrentiel, l’Ile-de-France a ainsi gagné 9 600 emplois, dont 6 500 de services », explique le conseil. L’absorption nette est même repassée en territoire positif avec, en 2010, un score de 295 000 m² en Ile-de-France, contre + 63 000 m² en 2009. Des chiffres qui n’ont rien à voir avec le million d’absorption nette auquel le marché francilien a été habitué dans ses années fastes. Mais « la reprise est durable, raisonnable et raisonnée », qualifie
Philippe Perello, chief executive officer du bureau parisien de Knight Frank. Le conseil, qui s’est livré à l’exercice de l’immobilier fiction, table pour les deux prochaines années, sur une croissance des volumes de l’ordre de 10 % avec une demande placée tangeantant les 2,4 millions de m² en Ile-de-France. « Le cinquième cycle qui s’engage aujourd’hui adopterait alors un profil proche du cycle 3 et des années 1994/2002 qui s’était ouvert avec quatre années de reprise sage avant de connaître une brusque accélération ».
Ces bons résultats contrastent avec un contexte économique pour le moins incertain. Si le FMI a légèrement remonté ses prévisions de croissance pour 2010, celle-ci restera quand même très modérée avec + 1,6 % en France et + 1,5 % pour l’ensemble de la zone euro. C’est d’ailleurs la principale hypothèse qui pèse sur une reprise vigoureuse du marché locatif de bureaux. « Sans évoquer le spectre du double dip, le retour à une croissance négative, l’OCDE prévoit un second semestre médiocre pour les pays du G7, le dernier trimestre s’établissant à un rythme annuel de 1 % seulement », détaille l’économiste Daniel Cohen, invité de Knight Frank.