Bourse / Finance

[EDITO] La foncière contre-attaque

© rami_hakala, fotolia.com

D'OPA en contre-OPA, que faudra-t-il retenir in fine du feuilleton Eurosic 41.00€ | -1.80% /Gecina 140.00€ | +0.18% /Foncière de Paris 135.81€ | -0.06%  qui semble toucher à son épilogue avec la décision de Covéa d'apporter à l'offre de la première plutôt qu'à celle de la seconde ? Trois éléments majeurs.

D’abord que la clé de cette opération se trouve entre les mains des institutionnels, de l’un en particulier. En dépit d'une contre-offre plus intéressante en numéraire de Gecina, ce regroupement de mutuelles, actionnaire à hauteur de 30 % de Foncière de Paris et de 22 % d'Eurosic, confirme son premier choix, convaincu de la stratégie de création de valeur démontrée à maintes reprises par Ruggieri et ses fidèles. Au cash immédiat, Covéa choisit le rendement, Eurosic se targuant d’offrir un cash-flow par action supérieur de 28 € et un potentiel de création de valeur plus conséquent à la valeur d’un important pipeline. L’avenir nous dira si le groupe a fait le bon choix.

Ensuite, que la concentration semble toujours d’actualité sur le compartiment immobilier de la bourse de Paris, avec la recherche systématique de la taille critique. Les petites capitalisations – entendez celles en dessous du radar du milliard d'euros – sont dans le viseur de nombreux institutionnels gourmands, qui veulent renforcer leur allocation dans l'immobilier. Certaines ne demandent qu’à être mangées.

Enfin, qu’un acteur dispose d’une puissance de feu inédite. Avec sa contre-OPA et sa capacité à mobiliser près de 2 Mds€ sur une seule opération, Gecina a montré ses armes. Forte d’une stratégie enfin stabilisée, la foncière va assurément animer le marché de l’investissement au second semestre à condition qu’elle soit inventive dans le sourcing des opérations.

La passe d’armes entre Eurosic et Gecina sur Foncière de Paris n’est officiellement pas terminée, même si les dés semblent jetés. De son côté, Gecina a précisé qu'elle n'entendait ni relever ni retirer sa contre-offre. Bernard Michel, président de Gecina, s'est même dit « surpris de la position de Covéa qui semble ignorer notre offre en titres, qui dégage une prime de 12 % sur le prix induit par Eurosic ». Avant de conclure dans une interview à Reuters : « le conseil de surveillance de Foncière de Paris doit se réunir cette semaine. C'est peut-être une manière d'influer sur le débat du conseil ». Patience...