Hôtels/Loisirs

Le risque sécuritaire continue de peser (In Extenso)

En partenariat avec

© © Brian Jackson - Fotolia.com

Les résultats presque positifs du mois de mars ont laissé espérer une forme d’espoir de reprise. Les performances du mois d’avril sont malheureusement en retrait marqué pour la plupart des catégories et sur la majorité du territoire, selon le cabinet de conseil tournisme In Extenso

Les attentats de Bruxelles à la fin du mois de mars auront rappelé à la clientèle internationale que le risque sécuritaire dans cette zone de l’Europe n’était pas écarté. Les calendriers scolaires et événementiels plutôt défavorables sur le mois d’avril accentuent la faiblesse de l’activité sur cette période.

Si le mois de mars avait laissé quelque espoir, l’accumulation de facteurs conjoncturels défavorables aura eu un impact très négatif sur l’activité hôtelière en France pour le mois d’avril. Les attentats terroristes à Bruxelles à la fin du mois de mars et les actions des forces de police belge et française qui ont suivi, ont été très médiatisés et sont venus rappeler à tout le monde que le risque sécuritaire était toujours présent.

Les clientèles d’agrément internationales y sont très sensibles. La clientèle loisirs française ne s’est pas déplacée non plus, dans un contexte économique et sécuritaire morose, avec une météo mitigée. Enfin, en année paire, et sur un mois d’avril 2016 qui concentre les vacances scolaires de Pâques pour l’ensemble des zones, les clientèles affaires ont été peu présentes et n’ont pu prendre le relais des clientèles loisirs absentes.

Ainsi, l’ensemble des segments de clientèle ont été touchés et ont affectés durement les performances du mois d’avril et, dans ce contexte tendu, de nombreux hôteliers ont adopté une politique tarifaire agressive qui n’aura finalement eu que peu d’effet sur la fréquentation, et c’est donc le double effet de la baisse de la fréquentation et des prix moyens qui tire les RevPAR vers le bas.

Paris et l’Ile de France en premier lieu avec des RevPAR en retrait de 20 % et plus sur le mois, aggravant des performances déjà bien en retrait à fin mars. Sur ce mois d’avril, phénomène « nouveau », les régions sont également touchées, la Côte d’Azur en particulier avec un recul, notamment pour la catégorie milieu de gamme dont le chiffre d’affaires hébergement chute de 18,1 %. Dans cet environnement très défavorable, seule la catégorie Luxe en régions tire son épingle du jeu et enregistre finalement des performances positives, en comparaison, rappelons-le, à un début d’exercice 2015 très faible.

Le constat est identique pour les agglomérations. A quelques exceptions près, les principales agglomérations françaises fondent leurs performances tantôt sur une clientèle d’agrément internationale, tantôt sur une clientèle affaires du fait d’un calendrier événementiel fourni, et ce mois d’Avril aura été un mauvais cru. Citons Nice et Marseille, mais encore Avignon, Rouen,...

Restons malgré tout positifs, certains indicateurs économiques sont en amélioration, la lutte active contre le terrorisme obtient des résultats tangibles, l’Euro de foot arrive. Autant d’éléments qui devraient pouvoir soutenir l’activité hôtelière dans cette fin de premier semestre.

Mots-clés : In Extenso, RevPAR, Euro de foot