Territoires

Pascal Berteaud - Directeur général d’Epamarne et Epafrance

Territoire résolument investi dans l’urbanisme durable, les initiatives ambitieuses et novatrices se multiplient à Marne-la-Vallée, notamment au Val d’Europe. Autant de projets d’avenir qui constituent des enjeux stratégiques pour la Région Capitale. Entretien avec Pascal Berteaud, Directeur général d’Epamarne et Epafrance, les établissements publics d’aménagement de Marne-la-Vallée.

Business immo : Un nouvel élan vient d’être insufflé au développement du Val d’Europe…

Pascal Berteaud : Effectivement, le 14 septembre dernier, les pouvoirs publics et la société Euro Disney ont signé un avenant à la Convention du 24 mars 1987 qui donnera une nouvelle impulsion à ce partenariat public privé unique en France. Ces 20 dernières années, l’essor du Val d’Europe s’est traduit par près de 7 milliards d’euros d’investissements privés, générant plus de 215 millions de touristes (dont 55 % de visiteurs étrangers), 56 000 emplois, 28 000 habitants et 12 000 logements. Cet avenant va permettre de poursuivre le développement de la destination touristique et le développement urbain de Val d’Europe dans une démarche durable et équilibrée. Il offre également la possibilité d’innover avec le projet d’écotourisme “ Villages Nature ”, qui pourrait ouvrir ses portes à l’horizon 2015.

BI : Marne-la-Vallée figure parmi les pôles d’excellence du Grand Paris. Comment le Val d’Europe y contribue-t-il ?
PB :
Un projet de cluster dédié aux filières du tourisme, des loisirs et des grands événements est actuellement engagé sur le Val d’Europe qui dispose de tous les atouts nécessaires. Première destination touristique intégrée d’envergure européenne, il apparaît comme le foyer d’accueil idéal pour ce cluster. D’autant que les accords récents signés avec la société Euro Disney vont permettre, d’ici 2030, de voir doubler sa capacité d’accueil hôtelière et ses attractions dans le cadre d’une forte densification des activités touristiques (tourisme d’affaires, tourisme vert, tourisme durable) et d’accueillir un pôle d’enseignement supérieur et de recherche dédié aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie, du loisir et du patrimoine

BI : En quoi ce projet de cluster dédié au tourisme est-il particulièrement important ?
PB :
Le rayonnement de Paris, capitale mondiale du tourisme qui englobe toute l’Île-de-France, constitue un enjeu stratégique majeur dans un secteur qui représente 600 000 emplois. La mise en place d’un cluster tourisme dans le cadre de la Région Capitale est une nécessité. Or il n’y existe pas de formation d’excellence au niveau bac + 5 ou 6, comme il peut en exister à Lausanne. Notre objectif est donc de développer au Val d’Europe une filière axée sur le tourisme, l’international et le patrimoine. Outre la filière universitaire, avec un ou deux laboratoires de recherche, elle comprendra des écoles publiques ou privées et délivrera des diplômes allant du BTS au mastère et au doctorat avec, par exemple, une école formant les cadres et dirigeants de grands groupes hôteliers. Des partenariats avec des professionnels (CCI, chambre des métiers, entreprises…) sont également envisagés.

BI : Ce pôle d’excellence dédié au tourisme inclut un autre projet de taille : la candidature à l’accueil du tournoi de tennis Roland-Garros…
PB :
Nous sommes en effet candidats pour accueillir cet événement exceptionnel, ainsi que le siège de la Fédération française de tennis et l’académie fédérale de tennis. Forts de l’attractivité de Marne-la-Vallée et de sa capacité à accueillir dans des conditions remarquables des publics nombreux en provenance de toute l’Europe, notre ambition est de créer un nouveau concept qui devienne emblématique pour l’ensemble du tennis mondial et qui soit ouvert à toute la communauté du tennis. Le site de 35 ha et les garanties que nous proposons représentent une opportunité unique pour la FFT de développer un modèle économique durable, qui sécurise son investissement. Un tel projet deviendrait alors le “ navire amiral ” du tennis français.