Carrières
Article réservé à nos abonnés Premium

Tomorrow never dies

Il a tout du gendre idéal. Ce quadra élancé, au verbe facile et à la décontraction presque naturelle qui flirte parfois avec un certain flegme d’outre-Manche, pourrait presque être considéré comme un baroudeur de l’immobilier. Une classe d’actifs qu’il n’a jamais quittée depuis son premier poste chez Goldman Sachs à la fin des années 1990 et à partir de laquelle il entend bâtir un nouveau pilier de la société d’investissement Eurazeo. L’ancien CEO de la Société de la tour Eiffel, qui a vécu l’épisode Chuc Hoang comme une bagarre stimulante, s’impose comme l’un des nouveaux décideurs de l’industrie immobilière. Portrait de Renaud Haberkorn.