Logistique

« L’offre en blanc est quasi-inexistante au 1er janvier 2011.

Elle ne devrait pas reprendre à court ou moyen terme, le marché n’étant pas encore prêt pour que des investisseurs se positionnent sur ce type d’actifs » : c’est l’analyse de Didier Malherbe, directeur général adjoint en charge de la logistique au sein de CB Richard Ellis. « Ces derniers se tournent plutôt vers des stratégies de développement clés-en-main, investissements plus sécurisés dans le contexte économique encore fragile. L’offre « en gris », très élevée (4,4 millions de m²), a ainsi légèrement diminué en 3 moisAu 1er janvier 2011, le stock disponible est toujours relativement élevé en France (plus de 3,9 millions de m²), malgré un ralentissement depuis plusieurs mois. Bien qu’il soit composé à 60 % de bâtiments de classe A, sa qualité se détériore, processus qui devrait aller en s’accroissant.
Les objectifs du Grenelle de l’Environnement vont avoir un impact non négligeable sur une partie du stock vieillissant et constituent les enjeux d’avenir du marché de la logistique : remise aux normes du parc, réhabilitation des friches industrielles, logistique de proximité», poursuit-il.