Hôtels/Loisirs

L’hôtellerie haut-de-gamme, grande gagnante de la reprise en 2010, selon Deloitte

En partenariat avec

Conformément aux prévisions de Deloitte de l’année passée, 2010 a bel et bien été l’année de la reprise pour l’hôtellerie, et plus particulièrement pour l’hôtellerie haut-de-gamme. Les catégories des 3 à 5 étoiles ont enregistré, en 2010, un chiffre d’affaires hébergement en progression de 5 % à 9 % par rapport à 2009. De bonnes performances qui s’expliquent par le positionnement plus international de ces catégories. « Ce sont les établissements les plus haut-de-gamme – 4 étoiles supérieur et 5 étoiles – qui ont le plus profité de la reprise internationale. Ils ont bénéficié d’une véritable augmentation du nombre des nuitées et de prix moyens en hausse. » En 2010, les 4 étoiles supérieur et 5 étoiles affichent ainsi le meilleur taux d’occupation au niveau national (69 %), avec un RMC de 298 € et un RevPAR de 206 € (+ 9 % par rapport à 2009).  A contrario, le chiffre d’affaires hébergement de l’hôtellerie économique et 2 étoiles a stagné en 2010. « La fréquentation des hôtels a continué de reculer et, seule la croissance des prix moyens a permis de maintenir le chiffre d’affaires hébergement. » En détaillant par région, Paris et la Côte d’Azur enregistrent les plus fortes croissances, la capitale ayant bénéficié de l’attrait des clientèles étrangères.
Pour 2011, Deloitte table sur une augmentation moyenne du RevPAR en France comprise entre 3 % et 5 %. Pour la catégorie des 4-5 étoiles, le cabinet anticipe sur une poursuite de la croissance, avec une augmentation du RevPAR comprise entre 6 % et 8 %. Pour les trois étoiles, la croissance devrait se maintenir et le RevPAR croître de 4 % à 5 %. En revanche, pour le marché des 2 étoiles et des 0/1 étoile, les perspectives du cabinet sont moins optimistes. Deloitte table sur un « équilibre plus instable » pour les 2 étoiles, avec un RevPAR qui n’augmenterait que de 1 % à 3 %. Pour l’hôtellerie économique, le cabinet annonce « une année terne en perspective », avec un RevPAR stabilisé de 0,5 % à 1,5 %.
 

Mots-clés : Deloitte