Bureau

L’âge d’or des SCPI

Un sommet ou un pallier ? La collecte record des SCPI en 2010 à près de 2,5 Mds€ peut s’analyser sous deux angles totalement opposés. Les optimistes se féliciteront d’un tel niveau d’activité, d’autant qu’il n’a pas été boosté pas uniquement par la carotte fiscale du Scellier. Ainsi, les SCPI Scellier culminent à 920 M€ de collecte nette, quant les classiques totalisent une collecte de 1,5 Md€. Autre nouvelle rassurante : le marché secondaire, point faible historique des SCPI, n’a donné aucun signe de surchauffe, avec 417 M€ de parts échangés, soit un taux de rotation de 1,85% de la capitalisation. A priori, les SCPI sont à l’abri de la mésaventure de quelques fonds ouverts allemands plombés depuis 18 mois par des demandes de retraits massifs. Enfin, quarante ans après leur création, les SCPI atteignent une capitalisation enfin digne de ce nom, à plus de 22 Mds€. Plus du double par rapport à grande crise immobilière des années 90. Encore la moitié du compartiment immobilier de la Bourse de Paris.
Les cassandres noteront un tassement de 0,4 point du niveau de rendement, avec un taux annuel de 5,6% servi aux associés. C’est mieux que le livret A, les Sicav monétaires ou obligataires. C’est moitié moins que les foncières cotées en 2010 et quatre fois moins sur les 10 dernières années. Il est vrai que la très faible volatilité permet aux SCPI d’afficher un couple rendement/risque les plus attractifs des placements financiers.
Condamnées lors de la crise des années 90, données pour mortes au moment du lancement des OPCI, les bonnes vieilles SCPI font mieux que de la résistance. Elles ont su saisir l’opportunité de la crise financière pour devenir l’archétype du placement refuge. Elles doivent maintenant réussir à se positionner en reprise de cycle au risque de désenchanter les nombreux investisseurs privés qui croient dans les vertus de la pierre. En attendant, gavées de capitaux, les SCPI vont s’affirmer comme des acteurs majeurs du marché de l’investissement en 2011.

Mots-clés : SCPI, Scellier, Livret A, OPCI, Sicav