Le bonheur au travail est-il soluble dans le cash flow ?

C'est la nouvelle marotte de l'industrie immobilière. Après la QVT, après le bien-être au travail, voici poindre furieusement une nouvelle idée : le bonheur au travail, un argument vendu à la fois par les entreprises mais aussi par les opérateurs immobiliers qui se sont engouffrés dans la brèche sans attendre.
Mais de quoi parle-t-on vraiment ? D'un triptyque qui peut se résumer ainsi : une localisation, un aménagement dynamique et des services utiles. Incarnée par le label Well, cette nouvelle définition du bonheur au travail bouscule bien des codes et des situations établies dans le secteur de l'immobilier tertiaire. Sans doute – et c'est notre second volet – parce que cette nouvelle équation met à jour de nouveaux enjeux à la fois pour les utilisateurs et pour les investisseurs immobiliers qui voient, finalement, leurs intérêts s'aligner. Enfin, le bonheur au travail reste une notion subjective qui s'incarne – ou pas – dans des aménagements de travail. La rédaction de Business Immo vous livre sa propre sélection.

Dossier mis à jour le 10 février 2017