Des mal logés occupent le siège du Parti radical de gauche