Business Immo, le site de l'industrie immobilière
Article réservé à nos abonnés Premium

Pourquoi l’immobilier 
ne peut pas échapper 
à l’uberisation...

Le terme n’est pas encore entré dans les dictionnaires classiques ou à l’Académie française, mais le néologisme fait un carton dans la sémantique économique. Il ne se passe pas un jour sans qu’un grand patron se pose la question de savoir quand et à quelle sauce son entreprise va se faire uberiser, quels seront les impacts sur son business model, ce qu’il va gagner, mais surtout, ce qu’il va perdre dans cette nouvelle aventure que d’aucuns comparent à une nouvelle révolution industrielle et rangent dans les rayons de l’innovation, de la digitalisation et de la transformation numérique des entreprises. « L’uberisation, c’est l’idée qu’on se réveille soudainement en découvrant que son activité historique a disparu », avait justement défini l’un d’entre eux, Maurice Lévy, le capitaine de Publicis, il y a tout juste un an.

Welcome to Uberland, où quand l’uberisation réalloue le surplus économique
 Par Lahlou Khelifi, consultant, président de Génération Immobilier 
 En six ans, UberCab a conquis 310 villes et perdu (...)

Vous souhaitez lire cet article PREMIUM ?

Il est réservé à nos abonnés PREMIUM

Business Immo